Faits divers – Justice

Percuté par un train, son corps est traîné pendant 40 kilomètres

Par Faustine Mauerhan et Nicolas Raffin, France Bleu Alsace et France Bleu Belfort-Montbéliard lundi 17 mars 2014 à 14:58

 C'est sur un passage à niveau de ce type que l'accident s'est produit (illustration)
C'est sur un passage à niveau de ce type que l'accident s'est produit (illustration) © MaxPPP

Le drame a eu lieu ce dimanche à Petit-Croix dans le Territoire de Belfort, mais le corps de la victime n'a été découvert qu'à la gare de Mulhouse. Les usagers qui attendaient le TGV l'ont aperçu, toujours sous la locomotive quand la rame entrait en gare.

Macabre découverte ce dimanche, à la gare de Mulhouse en Alsace. Alors qu’ils attendaient leur train, des usagers de la SNCF ont découvert un corps, accroché à la locomotive. Il est resté coincé sous la rame pendant plus de 40 kilomètres. Le TGV arrivait du Territoire de Belfort.

Les restes du vélo

L’accident a eu lieu quelques minutes plus tôt, sur le passage à niveau de Petit-Croix, près de Foussemagne, où le TGV circulait à 160 km/h. C’est là que les gendarmes ont retrouvé les traces de l’impact. Le vélo brisé en mille morceaux et une chaussure au milieu des voies témoignaient de la violence du choc.

Accident ou suicide?

Le cycliste n’avait aucun papier d’identité sur lui. Les enquêteurs ont mis plusieurs heures à l’identifier. Il s’agit en fait d’un homme de 49 ans, habitant de Novillard dans le Territoire de Belfort. Chez lui, aucune lettre, aucun indice ne permet à la gendarmerie d’affirmer qu’il s’agit d’un suicide. Les enquêteurs espéraient en savoir plus sur la victime en parlant à ses proches.

"C’est possible que le conducteur n’ait rien vu"

Mais la thèse ne l’accident est toujours examinée, elle aussi. Car « il est tout à fait possible que le conducteur n’ait rien vu » nous explique Alain Fiori. Le maire de Petit-Croix a été en contact avec les responsables de la SNCF, le soir même du drame. La SNCF qui affirme que le passage à niveau n’a connu aucun dysfonctionnement technique . Les constats de la gendarmerie, sur place, ce lundi matin, le confirme.

Mort TGV / SON

Partager sur :