Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Périgueux : cinq "gilets jaunes" devant la justice après les échauffourées devant le dépôt Péribus

dimanche 20 janvier 2019 à 21:10 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

Ce lundi 21 janvier, cinq "gilets jaunes" périgourdins ont rendez-vous devant le tribunal correctionnel de Périgueux. Ils vont être jugés pour les violences commises sur des policiers lors du blocage du dépôt de bus Périgueux à Périgueux mi-décembre.

Les véhicules du réseau Péribus
Les véhicules du réseau Péribus © Radio France

Périgueux, France

Cinq "gilets jaunes" sont de retour devant le tribunal correctionnel de Périgueux ce lundi 21 janvier. Ils vont comparaître après les violences commises contre les forces de l'ordre le samedi 15 décembre devant le dépôt de bus de Péribus à Périgueux.

Lors de cette opération deux d'entre eux avaient volé les bombes lacrymogènes des policiers pour les utiliser contre eux. Les forces de l'ordre avaient répliqué avec matraque et taser. Lors de la première audience en comparution immédiate le 17 décembre le petit groupe avait obtenu un report pour préparer sa défense.

Les prévenus ont entre entre 20 et 48 ans. Deux d'entre eux, un père et son fils de 20 ans ont un casier judiciaire vierge. Ils sont intérimaires et vivent sous le même toît. Deux autres, âgée de 26 et 48 ans ont déjà été condamnés par la justice pour des délits mineurs : conduite sans permis ou défaut d'assurance. Le cinquième est plus connu de la justice, il s'agit de Leandro Antonio Nogueira fondateur du groupe Colère 24. Il a déjà huit mentions à son casier et a été placé sous contrôle judiciaire après l'audience du 17 décembre.