Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Périgueux : maintien en détention pour le père de famille accusé d'avoir suspendu son bébé de trois mois dans le vide

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Ce mercredi après-midi, le tribunal correctionnel de Périgueux jugeait le père de famille de Mareuil-sur-Belle en Dordogne qui a suspendu son bébé dans le vide depuis la fenêtre de son appartement. Le procès a été renvoyé au 8 octobre. Le tribunal a ordonné le maintien en détention du prévenu.

Le tribunal de Périgueux
Le tribunal de Périgueux © Radio France - Antoine Balandra

24000 Périgueux, France

Le père de famille poursuivi pour avoir suspendu son bébé de trois mois dans le vide depuis la fenêtre de son appartement sera jugé le 8 octobre prochain. Ce mercredi après-midi, le tribunal correctionnel de Périgueux a renvoyé l'examen de l'affaire. Le tribunal a ordonné le maintien en détention du père de famille "à cause du risque de réitération". Il a également ordonné une expertise psychiatrique.

Le bébé de trois mois suspendu dans le vide par son pyjama

Vendredi dernier, 6 septembre, l'homme âgé de 34 ans s'était déchaîné dans son appartement à Mareuil-sur-Belle. Il avait jeté par la fenêtre plusieurs objets, dont le micro-ondes. Il avait ensuite suspendu son bébé de trois mois par la fenêtre, le tenant uniquement par son pyjama. Les analyses montrent qu'il avait beaucoup bu et consommé de la drogue.

Quatorze mentions au casier judiciaire

Selon le tribunal, l'expertise psychologique pratiquée lors de sa garde à vue "n'a pas révélé de troubles particuliers". Une autre expertise sera donc menée d'ici à la date de son procès. Le père de famille est déjà bien connu de la justice, son casier judiciaire compte 14 mentions pour des vols avec violence, des menaces, des dégradations et l'usage de stupéfiants.

Choix de la station

France Bleu