Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Périgueux : un homme tire deux coups de feu dans la porte de son psychiatre

mercredi 24 octobre 2018 à 10:48 - Mis à jour le mercredi 24 octobre 2018 à 16:23 Par Noémie Philippot, France Bleu Périgord

Deux coups de feu mardi soir à Périgueux, dans le quartier du Toulon. Un homme a tiré avec un fusil de chasse dans la porte du cabinet de son psychologue. Il est en garde à vue.

La porte d'entrée du cabinet du psychiatre, après les coups de feu à Périgueux. Photo prise le 24 octobre 2018.
La porte d'entrée du cabinet du psychiatre, après les coups de feu à Périgueux. Photo prise le 24 octobre 2018. © Radio France - Noémie Philippot

Périgueux, France

Les habitants de la rue Lagrange Chancel, dans le quartier du Toulon, ont entendu deux coups de feu mardi soir à Périgueux. Un homme a tiré dans la porte du cabinet de son psychiatre, aux alentours de 20 heures selon le parquet. L'homme, âgé d'une trentaine d'années, a été interpellé et placé en garde à vue. Mais il a finalement été hospitalisé d'office dans la journée de mercredi.

Pour l'instant, on ne sait pas ce qui a motivé ces tirs. Le patient a utilisé un fusil de chasse : les deux impacts sont clairement visibles sur la porte, comme a pu le constater France Bleu Périgord. La compagne du psychiatre, qui était présente mardi soir dans le cabinet, était très choquée, selon les témoignages recueillis par France Bleu Périgord, mais elle n'est pas blessée. Une enquête de police est ouverte, mais une expertise psychiatrique devra déterminer si le tireur, "malade" selon une source policière, est pénalement responsable.