Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Périgueux : un trentenaire condamné à deux ans de prison dont un an ferme pour des violences sur son ancienne compagne

lundi 11 février 2019 à 19:01 Par Valérie Dejean, France Bleu Périgord

Vendredi en début d’après- midi, un sans domicile fixe de 33 ans s'en était pris violemment à son ancienne compagne place Francheville à Périgueux. L'arrivée de témoins l'avait mis en fuite. Il comparaissait lundi devant le tribunal correctionnel de Périgueux.

Le tribunal de grande instance de Périgueux - illustration
Le tribunal de grande instance de Périgueux - illustration © Radio France - Antoine Balandra

Périgueux, France

Les premiers témoins qui ont vu la scène parlent d'abord d'une voiture secouée par des coups à l'intérieur, de cris, puis de la course d'une jeune femme le visage en sang. Ce sont ces mêmes témoins qui ont mis fin à son calvaire en provoquant la fuite du jeune homme interpellé un peu plus tard par la police. Trois jours après les faits, la jeune femme âgée de 35 ans a le visage tuméfié. Ses arcades sourcilières oscillent entre le mauve et le jaune, elle a des ecchymoses sur le cuir chevelu. Il l'a tirée par les cheveux, lui a collé une gifle main largement ouverte puis un coup de poing sur le nez. Et lorsqu'elle a pu s'échapper de la voiture, il l a poursuivie, lui a asséné un coup de couteau à la cuisse qui a tout même traversé sa doudoune et son pantalon. 

"J'ai eu envie de la tuer mais je n'ai pas eu le courage"

"J'ai eu envie de la tuer mais je n'ai pas eu le courage". C'est ce qu'il a dit lorsqu'il a été interrogé après les faits. Une phrase très inquiétante pour la procureure qui se met à la place de la victime. "Je pense qu'elle a cru mourir et à juste titre". Pourquoi un tel déchaînement de violence ? Parce qu'elle a refusé de lui montrer son téléphone et qu'il est jaloux. "Je voulais pas en arriver là mais pourquoi elle me donne pas son téléphone, c'est normal quand on est en couple ! " Mais la jeune femme n'a pas la même vision. Il l'a déjà giflée en octobre parce qu'elle voulait le quitter. Elle a peur de lui et surtout, ils ne sont plus ensemble, séparés depuis plusieurs mois. 

"C'est de la passion voilà"

Elle ne veut plus vivre avec lui mais il refuse de l'admettre. "Je l'aime encore, je suis amoureux de cette fille. Je suis à 100 % pour elle. C'est de la passion voilà." La passion lui a déjà valu d'autres condamnations pour violence. Pour expliquer ces pétages de plomb il se dit bipolaire. L'obligation de soin qui accompagne sa condamnation devrait lui permettre d'affiner le diagnostic. Il a été condamné à deux ans de prison dont un avec sursis, et une mise à l'épreuve de trois ans. Il devra en plus se faire soigner, tenter de trouver du travail, indemniser sa victime à hauteur de 3000 euros pour le préjudice moral. Il lui est aussi interdit d'entrer en contact avec la jeune femme.