Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Périple fou sur l’A7 : les passagers drômois du minibus volé témoignent

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Un gardois de 35 ans, suspecté d’avoir pris la fuite avec un minibus début octobre avec 6 passagers à bord sur l’A7, comparaissait ce vendredi au tribunal correctionnel de Valence. Le procès est renvoyé au 15 novembre. Les victimes étaient présentes.

Illustration tribunal de Valence
Illustration tribunal de Valence © Radio France - Nathalie de Keyzer

Valence, France

"On voit la mort en face. J’ai eu très peur." Lucienne faisait partie des six passagers à bord du minibus le 6 octobre. Celui que le gardois de 35 ans a d’abord percuté par l’arrière avec une autre voiture vers 22 heures, avant de prendre le volant de ce minibus pour fuir sur l’A7, en direction de Tain l’Hermitage dans la Drôme.

Lucienne poursuit : "Pour moi, c’était une éternité. Mais cela a duré entre dix minutes et un quart d’heure. On a hurlé durant quatre kilomètres. Moi je lui ai crié dessus, tant fort que j’ai pu. « Vous allez nous tuer, arrêtez, arrêtez ! »."

Un groupe d’ami drômois

Ces retraités drômois revenaient d’un spectacle à Lons-le-Saunier. "J’ai essayé de m’accrocher à lui, mais je n’ai pas pu le retenir. Une dame lui donnait des coups de canne pour tenter de l’arrêter, sans succès" raconte Jean-Pierre, originaire de Bourg-de-Péage.

"La police nous a dit que c’était un roman. C’est quelque chose d’inimaginable" ajoute Hélène. "On se demandait ce qui nous arrivait. Je peux vous dire que l’on est secoués". Hélène qui préfère maintenant se rassurer : "Du moment où l’on a rien, on ne va pas se plaindre. Cela aurait pu être pire."

Ces retraités, aidés par l’association France Victimes 26, se sont portés partie civile. Le procès est renvoyé au 15 novembre. Au moment de l’annonce de son maintien en détention, le prévenu a tenté de s’évader, en sautant par-dessus la vitre du box.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu