Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Perpétuité incompressible pour le meurtrier d'Océane

-
Par France Bleu Gard Lozère

Nicolas Blondiau, 27 ans, a été condamné mardi par la cour d'assises du Gard à la réclusion criminelle à perpétuité incompressible, la plus lourde peine du code pénal, pour le viol et le meurtre en novembre 2011 de la petite Océane.

Procès de Nicolas Blondiau, devant le cours d'assises du Gard
Procès de Nicolas Blondiau, devant le cours d'assises du Gard © Maxppp

Cette condamnation, conforme aux réquisitions, a été accueillie par un tonnerre d'applaudissements dans la salle. De son côté, la défense a annoncé qu'elle allait interjeter appel.

Verdict procès Océane : la perpétuité incompressible

Pour le défenseur de Nicolas Blondiau, Me Jean-Pierre Cabanes, cette peine est une "peine de mort vivant"

"Il tue Océane pour l'empêcher de parler" (Michel Desplan)

Dans son réquisitoire, l'avocat général, Michel Desplan, avait estimé que l'accusé "méritait" la plus lourde peine du code pénal, expliquant que la société doit "se protéger pour qu'il n'y ait pas d'autres Océane" et évoquant "un fort risque de récidive" d'un homme au comportement qui "confine à l'ignoble" .

Verdict procès Océane : réaction père

Une ambiance très tendue

Pour les parents de la victime, ces deux jours de procès ont été difficilement soutenables : les faits ont été décrits une dizaine de fois devant eux. "Il y a bien eu viols, je dirai viols au pluriel. Le meurtre est reconnu. La volonté d'homicide est évidente" , a insisté le magistrat.

Si lundi Nicolas Blondiau avait reconnu le viol, il a tenté mardi, lors de l'interrogatoire au fond, de revenir sur ses déclarations. Un revirement de trop pour la famille d'Océane, qui a dû être évacuée. "Assume, loque que tu es !" , a lancé le père.

"J'étais mal dans ma tête" , a expliqué l'accusé, fournissant à la cour des réponses évasives, admettant avoir été "pris d'une pulsion meurtrière" , sans fournir d'autre explication.

Le 5 novembre 2011 vers 18h30, Océane était partie chez un ami de la famille récupérer un jeu vidéo, à 150 mètres de son domicile. Le corps de l'enfant de 8 ans sera retrouvé le lendemain, sur un chemin à 3 km du centre de Bellegarde (Gard).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu