Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un détenu s'automutile au rasoir et tente d'agresser trois surveillants de la prison de Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

Un détenu, soupçonné de harcèlement téléphonique, s'est automutilé le bras avec une lame de rasoir ce samedi après-midi à la prison de Perpignan, alors que trois surveillants voulaient chercher dans sa cellule un téléphone portable. Il a ensuite tenté de les agresser avant d'être maîtrisé.

La tentative d'agression des trois surveillants par un détenu a eu lieu ce samedi après-midi au centre pénitentiaire de Perpignan.
La tentative d'agression des trois surveillants par un détenu a eu lieu ce samedi après-midi au centre pénitentiaire de Perpignan. © Maxppp - Michel Clementz

Un détenu a tenté d'agresser trois surveillants au centre pénitentiaire de Perpignan ce samedi en fin d'après-midi. Ces trois agents venaient le chercher afin de l'extraire de sa cellule pour pouvoir procéder à une fouille. Cet homme de 25 ans, condamné à 8 ans de prison par la Cour d'Assises de Toulouse selon le syndicat Ufap-Unsa Justice, est soupçonné d'avoir harcelé par téléphone plusieurs personnes extérieures à la prison, qui s'en sont plaint. Les surveillants pénitentiaires ont réussi à le maîtriser alors qu'il tentait de leur porter des coups au visage avec une lame de rasoir.

Un détenu déjà connu des surveillants

Il est 17h ce samedi quand les trois agents viennent chercher le détenu pour l'emmener dans le bureau de l'officier de permanence. L'homme de 25 ans refuse de sortir de sa cellule et commence à s'automutiler le bras avec une lame de rasoir. Il tente ensuite de s'en prendre aux trois agents avec son arme artisanale. Le détenu parvient à mordre un des agents à la main avant d'être finalement maîtrisé. "Il n'y a pas de blessé", selon Pierre Grousset, délégué Ufap-Unsa Justice du centre pénitentiaire de Perpignan. Le téléphone et le chargeur ont ensuite été retrouvés dans la cellule du détenu.

Le syndicat réclame une sanction pénale immédiate contre de détenu, qui a déjà 19 procédures disciplinaires à son encontre. L'Ufap-Unsa Justice exige également une sanction disciplinaire de quartier de 30 jours, lorsque le détenu passera en commission de discipline, ainsi que son transfert dans une autre prison qui possède une Unité pour détenus violents (UDV). "L'agresseur ne peut pas rester sur le même lieu que ses victimes", dénonce Pierre Grousset de l'Ufap-Unsa du centre pénitentiaire de Perpignan.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess