Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Perpignan : un jeune chauffard condamné à 3 ans de prison pour le vol d'une voiture avec un bébé à l'intérieur

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Dans la nuit du 14 juillet, ce jeune homme de 18 ans a volé une voiture à Canet malgré le bébé d'un an présent à l'arrière. Après une folle course-poursuite de plus d'une heure il a été arrêté et l'enfant rendu à ses parents. Le chauffard a été condamné à trois ans de prison dont un avec sursis.

Tribunal de Perpignan, image d'illustration.
Tribunal de Perpignan, image d'illustration. © Radio France

C'est une affaire hors-norme qui a été jugée en comparution immédiate ce vendredi à Perpignan. Dans la nuit de mardi à mercredi à Canet en Roussillon, des parents se sont fait voler leur voiture avec leur bébé de un an et demi à l'intérieur. Au volant, un jeune homme de 18 ans, franco-espagnol, originaire de l'Aude, qui a profité d'une annonce de vente pour dérober leur véhicule. 

Multirécidiviste de la conduite sans permis, il n'a pas hésité à prendre tous les risques, malgré la présence de l'enfant à bord, pour échapper aux forces de l'ordre. 

Une dangereuse course-poursuite 

"C'est le dossier de tous les records", résume un avocat  au vu des circonstances de cette folle course poursuite nocturne : 13 brigades de gendarmerie impliquées, 17 véhicules mobilisés et sept communes différentes traversées avec des pointes de vitesse à 150 km/h, des ronds points et des ponts pris à contresens et plusieurs voitures percutées. 

Le prévenu, qui a continué à rouler sur les jantes malgré deux pneus crevés, a finalement été intercepté vers 0h30 au niveau du rond-point des flamands roses à Canet, après 1h30 de fuite !

Addiction à la conduite ? 

Derrière le box vitré, le jeune homme très frêle aux cheveux blonds se gratte nerveusement lorsqu'on l'interroge. Difficile d'imaginer que c'est bien lui qui a volé cette Golf WW au prétexte futile de rejoindre sa petite amie à Trouillas.  En réponse aux textos angoissés de la mère qui le supplie de lui ramener son enfant, il répond alors : "D'accord, mais je garde la voiture". Un message qui en dit long sur sa véritable obsession pour la conduite. 

"C'est comme une pulsion je ne peux pas m'en empêcher", tente d'expliquer ce récidiviste de la conduite sans permis qui, le jour même de ses 18 ans, avait déjà volé le véhicule de sa voisine audoise.

Un mois plus tard, le jeune homme a donc recommencé. Mais cette fois, on a vraiment frôlé le drame : malgré 17 véhicules de police et de gendarmerie à ses trousses, il n'a pas hésité à prendre des ronds points à contre sens, à rouler sur des trottoirs et à pousser jusqu'à 150 km/h avec un enfant à bord.

Oui, j'avais vu l'enfant, mais je n'ai pas pu m'empêcher de prendre la voiture quand même.

Le jeune homme évoque des pulsions incontrôlables et des troubles bipolaires pour expliquer son comportement : "Je conduis depuis que j'ai sept ans, j'ai appris avec mon oncle, conduire j'adore ça ! Je ne voulais faire aucun mal au petit, je comptais aller le rendre à sa mère, mais j'ai été pris de panique en voyant la police".

Des explications guère convaincantes pour le tribunal qui a donc estimé que seule une peine de trois années de prison dont deux fermes, pouvait lui faire prendre conscience de la dangerosité de ces actes. Il a également été condamné à une interdiction de passer le permis pendant un an.

Ces sanctions ont été assorties d'une période de mise à l'épreuve, durant laquelle le prévenu devra justifier d'un emploi, indemniser les victimes de plusieurs milliers d'euros et se plier à une obligation de soins. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess