Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Perquisition à la mosquée de Brest

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu
Brest, France

Une perquisition administrative a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi à la mosquée Sunna de Brest. Les abords du quartier ont été bouclés par les CRS pendant plusieurs heures. Une mosquée où exerce l'imam salafiste Rachid Abou Houdeyfa, connu pour ses propos intégristes.

La mosquée Sunna à Brest
La mosquée Sunna à Brest © Maxppp

C'est le préfet qui a demandé cette perquisition administrative dans le cadre de l'état d'urgence. "On fait des vérifications", a-t-il dit, mais "personne n'a été interpellé". Le préfet n'a cependant pas voulu confirmer d'éventuelles saisies. En plus de la mosquée, le domicile de l'imam a également été perquisitionné. 

Les gendarmes mobiles et les CRS sont restés sur place jusqu'à 8h30.  

L'imam salafiste avait pris dès samedi ses distances avec les attentats de Paris qui n'ont "rien à voir avec l'islam". 

Rachid Abou Houdeyfa, imam à Brest
Rachid Abou Houdeyfa, imam à Brest © Maxppp

L'imam de la mosquée de Brest, Rachid Abou Houdeyfa, a réagi aux perquisitions menées vendredi matin. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, il explique que ''Cette perquisition s’est déroulée en présence d’un membre de l’association et dans un respect total du lieu du culte sans aucun incident à déplorer. Nous tenons à préciser que rien n’a été relevé ni récupéré comme éléments condamnables." Il poursuit en rappelant "la communauté musulmane à la plus grande sérénité et à la collaboration avec les autorités pour le bien-être et la sécurité de nos concitoyens. C’est ainsi que les amalgames et les calomnies seront dissipées et la confiance mutuelle restaurée".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'imam Houdeyfa expliquait dans une vidéo visible dimanche sur le site de la mosquée Sunna de Brest, "l'importance" pour les musulmans et les responsables religieux "de rappeler haut et fort, avec fermeté, clairement, sans ambiguïté, que ces actes n'ont rien à voir avec l'islam".

Dans ce message, il qualifie les attentats survenus à Paris d'actes "inqualifiables" et "barbares", "commis par des terroristes".

Cependant, une vidéo, postée sur internet il y a plus d'un an, avait récemment provoqué une polémique. Dans celle-ci, on voyait l'imam expliquer à des enfants que "la musique fait naître le mal, l'hypocrisie, les choses mauvaises". "Celui qui écoute de la musique (...) il y a un risque qu'Allah le transforme soit en porc soit en singe", assurait-il dans cette vidéo, retirée à la suite de la polémique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess