Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Meurtre d'Alexia Daval

Perspectives 2020 : le procès de Jonathann Daval à la cour d’assises de Vesoul

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

L'actualité judiciaire de l’année 2020 sera marquée par un procès hors normes à la cour d'assises de Haute-Saône et du Territoire de Belfort à Vesoul : celui de Jonathann Daval, accusé du meurtre de sa femme Alexia, en octobre 2017.

Jonathann Daval aux obsèques de sa femme Alexia
Jonathann Daval aux obsèques de sa femme Alexia © Maxppp - Bruno Grandjean

Vesoul, France

Jonathann Daval, le meurtrier présumé de sa femme Alexia en octobre 2017 à Gray-la-Ville en Haute-Saône, comparaîtra avant la fin du mois de juin à la cour d’assises de Vesoul. Un procès très attendu tant l’affaire a bouleversé la France entière. Une affaire suivie par Jean-François Fernandez, journaliste à France Bleu au bureau de Vesoul.

Pourquoi ce procès s'annonce-t-il hors norme ?

JFF : C’est une affaire qui a passionné les Français. On était parti au départ sur la disparition d’une femme, une joggeuse, qui aurait pu être enlevée ou violée. On se souvient également de cette marche blanche qui avait réuni plus de 5 000 personnes dans les rues de Gray, et puis, trois mois plus tard, on découvre que c’est le mari qui a tué Alexia.

L'étude de la personnalité de Jonathann Daval est très attendue. On se souvient qu'à l'époque de la disparition d'Alexia, il était apparu en pleurs aux côtés des parents de sa femme devant les caméras de télévision.

JFF : Oui et cela a été quelque chose de très dur pour les parents d’Alexia. Il faut savoir qu’ils avaient passé les fêtes de fin d’année avec leur beau-fils qu’ils considéraient comme leur propre fils, et pourtant, il cachait un terrible secret, celui d’avoir tué sa femme. Il faut se souvenir également qu’on est passé de rebondissements en rebondissements. Il avait notamment accusé son beau-frère avant de se rétracter et de tout avouer.

Le dernier rebondissement en date, c’est la demande des parents d’Alexia pour de nouvelles expertises à propos de traces de médicaments retrouvées lors de l'autopsie. Ils soupçonnent Jonathann Daval d'avoir voulu empoisonner Alexia à petit feu. Qu'est-ce que ça peut changer lors du procès ?

JFF : Ça change tout, parce qu’au départ on était parti sur une dispute qui a mal tourné. C’est d’ailleurs ce que Jonathann Daval a dit lors de la reconstitution en juin dernier, mais s'il y a bien eu empoisonnement pendant plusieurs mois, cela veut dire qu’il y a eu préméditation et donc, on passe à un assassinat.

Une affaire hors normes donc, mais aussi un procès hors normes en terme de logistique à la cour d’assises de Vesoul ?

JFF : Oui, car il va y a voir une couverture médiatique extraordinaire dans ce palais de justice de Vesoul. Tout le monde ne pourra pas rentrer dans la salle d’audience, mis à part bien-sûr la famille, les proches et les avocats. Du coup, un mur d’images sera installé à la salle Parisot qui se trouve à quelques centaines de mètres du palais de justice pour pouvoir accueillir tous les journalistes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu