Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pesticides : une ouvrière viticole malade de Parkinson fait reconnaître la faute inexcusable d'un château de Bordeaux

mercredi 27 mars 2019 à 19:29 Par Marie Rouarch, France Bleu Gironde et France Bleu

Sylvie Berger, ancienne ouvrière viticole de 47 ans, a déclaré la maladie de Parkinson en 2016. Le tribunal de Grande instance de Bordeaux vient de reconnaître la faute inexcusable de son employeur, le château Vernous, pour l'avoir exposée à des pesticides.

Sylvie Berger (à gauche) et ses soutiens lors de l'audience, en janvier 2019
Sylvie Berger (à gauche) et ses soutiens lors de l'audience, en janvier 2019 © Radio France - Stéphane Hiscock

Bordeaux, France

Le pôle social du tribunal de Grande instance de Bordeaux a rendu sa décision : il reconnaît la maladie de Sylvie Berger comme une maladie professionnelle et la faute inexcusable de son ancien employeur, un domaine du Médoc, le château Vernous. L'ouvrière viticole l'accuse d'être responsable de sa maladie de Parkinson déclarée en 2016, après l'avoir exposée à des pesticides dans les vignobles.

Je suis heureuse, soulagée que quelqu'un m'ait enfin entendue - Sylvie Berger

La plaignante, Sylvie Berger, se dit "bouleversée" par cette décision qui intervient près de deux mois après l'audience, qui s'est tenue fin janvier, à Bordeaux. Une décision qui pourrait en entraîner d'autres, dans des dizaines de dossiers en cours dans le Bordelais. Sylvie Berger dénonce une "omerta" dans le milieu du vin sur les dangers liés aux pesticides.

S'il est si difficile de parvenir à ce genre de condamnations, c'est parce que dans ce domaine, "c'est au salarié de rapporter la preuve des manquements de l'employeur et dans les petites structures, la charge de la preuve est extrêmement lourde", explique maître Hermine Baron, l'avocate de Sylvie Berger qui se félicite d'une décision rare en agriculture

Cette décision n'est pas forcément définitive, l'avocat du château Vernous, maître Éric Mandin, se réserve la possibilité de faire appel. Mais quoi qu'il en soit, "ça reste un signal très fort qui montre que les juridictions se saisissent de ce problème. Ce sera un exemple, un précédent", souligne maître Baron.