Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Petit garçon tué à Mérignac : une information judiciaire ouverte pour meurtre

samedi 30 mars 2019 à 9:16 - Mis à jour le lundi 1 avril 2019 à 8:38 Par Marie Rouarch et Pascal Pierozzi, France Bleu Gironde et France Bleu

Le parquet de Bordeaux a ouvert une information judiciaire pour meurtre aggravé. Dans le coma depuis lundi, la mère de famille s'est réveillée ce jeudi. Les médecins ont jugé son état de santé compatible avec la garde à vue.

Le drame s'est produit dans cette petite maison de Mérignac-Arlac
Le drame s'est produit dans cette petite maison de Mérignac-Arlac - Capture d'écran Google Street view

Mérignac, France

La mère du petit garçon de quatre ans et demi tué lundi à Mérignac est sortie du coma. Elle s'est réveillée à l'hôpital, ce jeudi, dans la journée. Les enquêteurs de la Brigade départementale de protection de la famille l'ont placée en garde à vue dans la foulée, avec la garantie des médecins que son état de santé le permettait.

Cette femme de 40 ans a pu être entendue quelques instants. La secrétaire médicale du CHU Pellegrin, en arrêt maladie depuis le mois de février, est soupçonnée d'avoir tué son fils de quatre ans et demi, vraisemblablement en lui faisant ingérer une forte dose de médicaments. Elle aurait ensuite tenté de mettre fin à ses jours, en prenant elle aussi des médicaments. 

Ce mardi, la procureure de la République de Bordeaux indiquait que la piste de l'infanticide était une hypothèse parmi d'autres pour expliquer la mort du petit garçon, scolarisé à l'école maternelle Marcelin Barthelot, à Mérignac.

Vendredi, le parquet de Bordeaux a ouvert une information judiciaire pour meurtre aggravé. La mère de famille a été mise en examen pour homicide sur mineur de moins de 15 ans.