Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Petite inconnue de l'A10" : le père reconnaît avoir abandonné le corps de la fillette

jeudi 14 juin 2018 à 16:31 Par Eric Normand, France Bleu Berry, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Orléans, France Bleu Touraine et France Bleu

31 ans après, l'énigme de l'A10 est en passe d'être résolue. Des prélèvements d'ADN ont permis à l'enquête d'avancer à grands pas. Le père a reconnu certains faits, sans toutefois les expliquer. En 1987, le corps de la fillette de quatre ans avait été découvert au bord de l'autoroute A10.

Le cimetière où repose Inass, la petite fille, dont on connaît désormais le prénom
Le cimetière où repose Inass, la petite fille, dont on connaît désormais le prénom © Radio France - Patricia Pourrez

Orléans, France

On connaît désormais le prénom de celle que l'on a appelé "L'inconnue de l'A10", et "L'enfant martyr de l'A10", la fillette se prénomme Inass. Elle avait 4 ans lorsque son corps a été abandonnée sur l'autoroute. Tout commence le 11 août 1987 : des agents d'entretien découvrent le corps d'une fillette le long de l’autoroute A 10, au niveau de Suèvres, dans le Loir et Cher, à 50 km au Sud d'Orléans.

Abandonnée sur le chemin des vacances 

Le père a reconnu avoir abandonné le corps de la fillette sur le chemin des vacances en allant au Maroc. Il reconnaît également des maltraitances sur l'enfant. De son côté, la mère s'est enfermée dans le mutisme le plus complet. En 1987, le cadavre avait été retrouvé enveloppé dans une couverture, il portait des traces de brûlures au fer à repasser et des cicatrices provoquées par des morsures humaines. 

Prélèvement ADN 

31 ans après, les enquêteurs l'ont identifiée grâce à un prélèvement ADN sur l'un de ses frères, arrêté en 2016 dans une affaire de violence. Inass était issue d'une famille de sept enfants. Le père est domicilié à Puteaux, dans les Hauts-de-Seine, et la mère à Villers-Cotterêts, dans l'Aisne. Les parents âgés d'une soixantaine d'années ont été placés en garde à vue à la gendarmerie d'Orléans pour meurtre, recel de cadavre, violences habituelles sur mineur de moins de 15 ans. 

L'ancien maire de Suèvres, Kléber Cousin, 93 ans, s'est rendu sur la tombe de la petite fille qui a désormais un prénom - Radio France
L'ancien maire de Suèvres, Kléber Cousin, 93 ans, s'est rendu sur la tombe de la petite fille qui a désormais un prénom © Radio France - Patricia Pourrez

Emotion au cimetière de Suèvres (Loir-et-Cher)

La fillette avait été enterrée anonymement au cimetière de Suèvre dans le Loir-et-Cher, la commune où la fillette avait été découverte et où elle est enterrée .Jusqu'ici il n'y avait que les deux mots "Un ange" sur la pierre tombale de la petite victime. Sa tombe est régulièrement fleurie par des inconnus. L'ancien maire de l'époque Kléber Cousin s'est rendu au cimetière ce jeudi après-midi, "avec beaucoup d'émotion et soulagement." Il a aujourd'hui 93 ans, et il ne "pensait jamais que cette affaire serait résolue un jour."