Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Peut-on être consentante pour des relations sexuelles à 12 ans ? Un Montpelliérain arrêté pour viol

jeudi 9 août 2018 à 15:22 - Mis à jour le jeudi 9 août 2018 à 19:22 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault et France Bleu

Un homme de 54 ans a été interpellé fin juillet par les gendarmes de Castries (Hérault) soupçonné d'avoir eu des rapports sexuels pendant deux ans avec une pré-adolescente qui n'avait que 12 ans au départ. Une véritable histoire d'amour d'après la jeune fille. L'homme est en prison.

Illustration
Illustration © Maxppp -

Montpellier, France

Peut-on vraiment être consentante lorsqu'on accepte des relations sexuelles avec un homme beaucoup plus âgé et qu'on n'a que 12 ans ? Ce débat est de nouveau d'actualité après l'arrestation fin juillet dans l'Hérault d'un homme de 54 ans, marié et père de famille, qui entretenait depuis deux ans une relation sexuelle et amoureuse avec une pré-adolescente.

L'homme s'était fait passer pour un photographe pour approcher cette enfant de 12 ans à l'été 2016 alors qu'elle s'apprêtait à faire son entrée en classe de cinquième, c'était une amie de sa nièce. Sous prétexte de faire des photos, il s'est donc rendu chez l'adolescente à plusieurs reprises le mercredi en l'absence de la maman, l'histoire a fini par devenir de plus en plus intime avec des rapports sexuels. 

Une véritable histoire d'amour

L'adolescente s'est attachée à cet homme qui avait pourtant plus de 40 ans de plus qu'elle. Une véritable histoire d'amour si l'on en croit les échanges de SMS retrouvés sur le portable de la collégienne. Une histoire qui a duré deux ans

Mais la maman a finit par tout découvrir et dénoncé ce père de famille qui a été interpellé par les gendarmes de Castries. Il a reconnu les faits, reconnu aussi son attachement à l'adolescente en expliquant qu'il faisait abstraction de son jeune âge.

La jeunesse de l'adolescente ne peut suffire à qualifier un viol

Reste à savoir si la nature de la relation et les sentiments réciproques sont de nature à disculper cet adulte. Pour qu'un viol soit qualifié, la jeunesse de la victime ou la différence d'âge ne peut suffire, il faut qu'il y ait violence, contraintes ou menaces. Dans cette histoire, rien de cela. Mais on peut aussi qualifier un viol lorsqu'il y a "surprise" et là la justice a déjà estimé que la différence de maturité entre un homme et une enfant pouvait suffire à qualifier cette "surprise".

En attendant la suite de l'enquête, les expertises et les témoignages, l'homme a été mis en examen pour viol et corruption de mineure et incarcéré. 

"Les faits sont choquants et immoraux mais il y avait consentement"

Ce jeudi, sa demande de remise en liberté a été rejetée par la justice ce que ne comprend pas son avocate maître Maryse Péchevis : "On est sur des faits qui sont choquants et de nature immorale, une relation intime entre un homme de plus cinquante ans et une très jeune fille, on peut estimer que compte tenu de son âge, elle n'était pas en état de consentir, et c'est vrai que dans certains cas, le consentement peut être extorqué mais là je peux affirmer que les faits étaient totalement consentis, et la détention est incompréhensible, et ce n'était pas le souhait de la jeune fille  au contraire, c'est très choquant pour elle de voir que cet homme qu'elle a aimé soit en prison"

Les faits étaient totalement consentis

"On est sur un jugement moral et non juridique"

"Quand on prend le dossier avec un peu de recul, on se doute bien qu'une relation d'amour entre un homme d'âge mûr et une très jeune femme c'est forcément de nature pathologique, car il n'y a pas d'avenir, mais eux étaient convaincus que ce qu'ils vivaient étaient une histoire d'amour, et donc cela ne justifie pas l’incarcération. On est sur un jugement moral et non un jugement juridique. "

L'histoire n'avait pas d'avenir mais c'était une histoire d'amour pour eux

La nouvelle loi sur les violences sexuelles votées le premier août dernier qui devait instaurer la notion de viol dès lors que la jeune fille a moins de 15 ans n'a pas retenu cet aspect là. Donc dans ce dossier il faudra juger avec beaucoup de nuances. "Le législateur a refusé de qualifier de viol une relation sexuelle au seul motif que la jeune femme a moins de 15 ans. le législateur ne dit pas que cela ne peut pas être un viol mais qu'il y a déjà des lois suffisantes. Le panel est déjà très complexe sur les violences sexuelles. Suivant les éléments qu'on a dans un dossier on va se raccrocher à telle ou telle loi"

Il ne suffit pas que la victime ait moins de 15 ans pour qu'il y ait viol