Faits divers – Justice

PHOTOS - Deux immeubles évacués à Marseille après la rupture d'une canalisation d'eau

Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence mardi 31 janvier 2017 à 19:15

C'est dans la rue de la Cathédrale que la canalisation a sauté
C'est dans la rue de la Cathédrale que la canalisation a sauté © Radio France - Mélanie Masson

Deux immeubles situés à proximité de la place de Lenche, dans le quartier du Panier à Marseille, ont été évacués lundi en raison de la rupture d'une canalisation d'eau. Une dizaine d'habitants ont été relogés dans un hôtel.

Une dizaine de locataires et de propriétaires de deux immeubles situés rue de la Cathédrale à Marseille (2e arrondissement) ont dû quitter leur appartement lundi après-midi.

Un mur porteur situé au sous-sol et mitoyen des deux immeubles s'est effondré après la rupture d'une canalisation d'eau, les 20 et 25 janvier dernier.

La rupture de la canalisation rue de la Cathedrale à Marseille  - Radio France
La rupture de la canalisation rue de la Cathedrale à Marseille © Radio France - Mélanie Masson

Un risque d'effondrement

Le 20 janvier, la canalisation a sauté dans une partie de la rue. Le personnel de la Société des eaux de Marseille et de la ville sont intervenus pour réparer la fuite et rebouché le trou.

Mais le 25 janvier vers minuit, la canalisation a de nouveau cédé, obligeant ces mêmes services à refaire des travaux. Un expert a alors été nommé et a conclu qu'il existait un risque d'effondrement, la structure des deux immeubles ayant été touchée.

De gros moyens avaient été mobilisés pour réparer la canalisation  - Radio France
De gros moyens avaient été mobilisés pour réparer la canalisation © Radio France - Mélanie Masson

La ville de Marseille prend un arrêté de péril

La mairie de Marseille a pris un arrêté de péril. Lundi, il a été demandé aux habitants concernés de prendre des vêtements et des papiers et de quitter leur logement. Ils ont été relogés dans un hôtel du centre-ville au frais de la ville de Marseille qui a l'intention de se retourner contre le syndic des copropriétaires.

Selon Julien Ruas, adjoint en charge de la prévention des risques, "il y a peu de chances que les occupants retrouvent tout de suite les habitations".