Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

PHOTOS - VIDEO : la ministre de la justice en visite au centre de détention de Neuvic

-
Par , France Bleu Périgord

La ministre de la justice Nicole Belloubet était en Dordogne ce mercredi. Elle a visité notamment le centre de détention de Neuvic et ses deux unités pilotes pour la réinsertion des détenus

La ministre a notamment échangé avec des détenus du module "Respect" du centre de détention de Neuvic en Dordogne
La ministre a notamment échangé avec des détenus du module "Respect" du centre de détention de Neuvic en Dordogne © Radio France - Antoine Balandra

Neuvic, France

Nicole Belloubet a donc passé la journée ce mercredi en Dordogne. La ministre de la justice a d'abord visité le centre de détention de Neuvic.

Prison qui peut accueillir un peu moins de 400 détenus. Elle a en fait découvert deux unités novatrices : l'URUD, l'unité de réhabilitation pour les usagers des drogues où une dizaine de détenus tentent de se sevrer avec une prise en charge de 6 mois.

Et puis la ministre a surtout visité le module "Respect". Une aile de la prison réservée aux détenus au bon comportement. La ministre a pu y rencontrer des détenus.

La ministre échange avec un détenus de la prison de Neuvic dans l'unité "Respect" - Radio France
La ministre échange avec un détenus de la prison de Neuvic dans l'unité "Respect" © Radio France - Antoine Balandra

Et cela dans une petite cour entourée de hautes barrières face au bâtiment où un détenu cultive courgettes et tomates dans un potager à la propreté irréprochable. Nicole Belloubet y rencontre ce détenu qui semble avoir trouvé sa voie, en bêchant et cultivant, assurant même vouloir devenir cuisinier à la sortie de prison.

"J'ai tout tracé, au carré, propre. Cela fait deux mois pour avoir ce résultat-là" dit-il.

Ils sont environ 90 détenus ici dans le module respect de Neuvic. Des détenus volontaires qui doivent se lever à 7h pétante ou laver leurs cellules par exemple. En échange, ils se promènent dans la prison sans contrainte tout au long de la journée de 7h15 à 11h30 et de 13h15 à 18h30. Un vrai répit dans le quotidien carcéral raconte ce détenu à la ministre Nicole Belloubet.

La ministre échange avec des détenus du module "Respect" de Neuvic - Radio France
La ministre échange avec des détenus du module "Respect" de Neuvic © Radio France - Antoine Balandra

Tous les détenus ont un permis à points, 10 au total. Au premier écart, ils peuvent en perdre et même éventuellement réintégrer la prison normale. Et du coup la discipline est excellente souligne le premier surveillant : "Ca se passe très bien, les phénomènes de violences sont quasiment nuls sur ce bâtiment" explique-t-il

Et cette quête d'autonomie prépare aussi à la sortie de prison souligne Nicole Belloubet, la ministre de la justice. "Le but est de réduire la récidive le plus possible" note la ministre

Arrivée de Nicole Belloubet à Neuvic en Dordogne - Radio France
Arrivée de Nicole Belloubet à Neuvic en Dordogne © Radio France - Antoine Balandra

Au total 18 unités comme celles-ci sont déjà en place dans les prisons françaises. Et cela pourrait bien être étendu.

Dans l'après-midi de mercredi, la ministre a ensuite rejoint Périgueux et son unité éducative en milieu ouvert, pour parler protection judiciaire de la jeunesse et justice des mineurs. 

La prison de Neuvic possède aussi une unité pour tenter de sevrer les détenus toxicomanes - Radio France
La prison de Neuvic possède aussi une unité pour tenter de sevrer les détenus toxicomanes © Radio France - Antoine Balandra

Une table ronde d'environ une heure trente. Où elle a notamment défendu son projet de présomption d'irresponsabilité pour les mineurs de moins de 13 ans, dans un contexte d'augmentation de ce type de délinquance, en Dordogne notamment.