Faits divers – Justice

PHOTOS | Vol de plusieurs oeuvres du graffeur C215 dans les rues de Vitry-sur-Seine

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région samedi 25 avril 2015 à 5:00

graff, tag C215
graff, tag C215 © Radio France/Isabelle Piroux

Une boite aux lettres recouverte d’un pochoir de C215 a été arrachée début avril 2015 et du mobilier urbain avec sa signature a été emporté. L’artiste C215 comme le maire de Vitry-sur-Seine ne cachent pas leur colère.

La boite aux lettres avec le pochoir de C215, de son vrai nom Christian Guémy, a disparu début avril. Mais des voleurs se sont aussi emparés de mobiliers urbains qui portaient la signature du célèbre graffeur. "Inacceptable" a réagit le maire communiste de Vitry, Jean-Claude Kennedy.

C215 est l’un des artistes urbains français les plus reconnus

C215 vit et travaille à Vitry. Il a d’abord réalisé des œuvres de petites tailles, souvent discrètes et bien intégrées dans leur environnement. Il y a quelques années, l’artiste est passé à la vitesse supérieure en s’attaquant à des façades immenses. A Vitry comme à Paris, il est célèbre pour ses œuvres monumentales sur des murs d’immeubles. Il a réalisé des graffs en Italie, au Maroc, en Inde, en Israël. Il a aussi participé à de nombreuses expositions dans des galeries un peu partout dans le monde

Difficile de lutter contre les voleurs

Impossible de surveiller ces œuvres d’art qui fleurissent à tous les coins de rues de la ville. La seule solution serait de ne plus réaliser de graffs sur des supports qui peuvent s’emporter. Compliqué pour les artistes. Quant à mieux surveiller les œuvres. Là aussi, c’est difficile même si les patrouilles de police vont certainement être plus vigilantes désormais à Vitry.

graff, tag Vitry - Radio France
graff, tag Vitry © Radio France

Vitry capitale des graffeurs

Vitry-sur-Seine fait partie des rendez vous incontournables des graffeurs. Les graffs sont partout dans la ville. Ils sont considérés comme de véritables œuvres d’art. Les artistes dessinent sur les murs mais aussi les boites aux lettres, les armoires électriques ou les vieux portails.Ces tableaux donnent à la ville l’aspect d’une grande galerie de Street art à ciel ouvert. Le problème c'est que les œuvres sont souvent à portée de main pour les voleurs.