Faits divers – Justice

VIDEO - Pierre Tartakowsky : "Il y a une tentation dans la police de faire la justice et c'est extrêmement grave"

Par Martine Bréson, France Bleu Paris lundi 13 février 2017 à 8:53

Pierre Tartakowski
Pierre Tartakowski © Radio France - Martine Bréson

Pierre Tartakowsky, président d'honneur de la Ligue des droits de l'homme et du citoyen, a expliqué ce qu'il pensait de la police "qui doit être là pour protéger et pas pour punir". Il a dénoncé les contrôles au faciès et expliqué que selon lui il y avait des solutions.

Pierre Tartakowsky, président d'honneur de la Ligue des droits de l'homme et du citoyen, était l'invité de France Bleu à 8h15. Après le viol présumé de Théo lors d'une arrestation musclée à Aulnay-sous-Bois, les associations antiracistes seront reçues lundi par le Premier ministre Bernard Cazeneuve. La Ligue des droits de l'homme en fait partie. Elle a décidé de souligner la dimension raciste de l'agression de Théo et elle va proposer des solutions pour que cela ne se reproduise pas.

Regardez son interview à la fin de cet article.

A retenir

Ce qui s'est passé à Aulnay-sous-Bois "traduit une situation qui est quotidienne dans les banlieues". "Ce dont je suis certain c'est qu'il y a du racisme en France et qu'il y en a dans la police... c'est de faire en sorte qu'il ne s'exprime pas, or, de toute évidence, il a tendance à s'exprimer..."

"...dans notre pays, on confond l'étage de la police et celle de la justice... La police, elle est là pour protéger les biens, les personnes, elle n'est pas là pour punir. Elle peut interpeller, elle ne peut pas discriminer."

"...la police, dans son quotidien, pas partout, pas tous, mais c'est massif, harcèle et harcèle littéralement et spécifiquement les jeunes et les jeunes qui sont ... un peu visibles, un peu différents qui font un peu tache dans le décor..."

"Il y a une tentation dans la police de faire justice, sur le terrain, et c'est extrêmement grave"

"Je suis pour une police qu'on puisse accueillir et qui soit rassurante... la police de proximité, ça existe. Les BAC ne sont pas une police de proximité, ce sont des polices d'occupation du territoire qui ont tendance à considérer les populations qu’elles encadrent comme un ennemi potentiel. Ça s'est vérifié à Bobigny."

Regardez l'interview de Pierre Tartakowsky :