Faits divers – Justice

Pistorius ne souffrait d'aucun trouble mental quand il a tué sa petite amie

Par Marina Cabiten, France Bleu lundi 30 juin 2014 à 10:49

Oscar Pistorius devant le tribunal
Oscar Pistorius devant le tribunal © Maxppp

Le procès d'Oscar Pistorius a repris lundi en Afrique du Sud, après un long ajournement pour une évaluation mentale. Les experts sollicités ont conclu à une pleine responsabilité du champion paralympique au moment du meurtre de sa petite amie en 2013.

Le procès du champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, qui doit répondre du meurtre de sa petite amie, a repris lundi à Pretoria en Afrique du Sud. Il avait été suspendu plusieurs semaines pour une évaluation mentale, qui a conclu à son entière responsabilité pénale lors des faits en 2013.

Aucun trouble mental

"M. Pistorius ne souffrait pas d'un trouble mental ou d'une infirmité qui l'aurait rendu pénalement irresponsable de l'acte dont il est accusé" , ont conclu les quatres experts sollicités pour examiner l'athlète.

"M. Pistorius était en mesure d'apprécier que ce qu'il faisait était mal"

Afin d'assurer un procès équitable, l'audience avait été suspendue le 20 mai pour permettre au sportif de se faire examiner dans un hôpital psychiatrique de Pretoria et obtenir un diagnostic indépendant, après que la défense ait suggéré que Pistorius souffrait d'un trouble anxieux généralisé remontant à l'enfance et susceptible d'avoir contribué à son geste fatal.

Plusieurs zones d'ombre

L'avocat de Pistorius ne s'est pas prononcé immédiatement sur les conclusions de ces experts, qui mettent fin à une bataille au sujet de la santé mentale de l'accusé. Mais il reste encore plusieurs zones d'ombre dans cette affaire.

Pistorius ne nie pas avoir abattu la jeune mannequin Reeva Steenkamp, en 2013 la nuit de la Saint-Valentin. Mais il affirme lui avoir tiré dessus par méprise, la prenant pour un cambrioleur caché dans les toilettes. Le Parquet pense au contraire qu'il s'agit d'un assassinat, donc d'un geste prémédité. Pencher en faveur de l'une ou l'autre des versions est tout l'enjeu du procès. À l'ouverture du procès, Oscar Pistorius a plaidé "non coupable".

Affaire Pistorius : zones d'ombre et rebondissements - Aucun(e)
Affaire Pistorius : zones d'ombre et rebondissements