Faits divers – Justice

Place à l’enquête après le déraillement du train des Pignes

Par Anne Jocteur Monrozier et Lauriane Delanoë, France Bleu Azur dimanche 9 février 2014 à 18:42 Mis à jour le dimanche 9 février 2014 à 21:05

Les experts de l'IRCGN modélisent en 3D la scène de l'accident du train des Pignes
Les experts de l'IRCGN modélisent en 3D la scène de l'accident du train des Pignes © Lauriane Delanoë / Radio France

Au lendemain du déraillement du train des Pignes, provoqué samedi par la chute d'un rocher et qui a fait deux morts dans les Alpes-de-Haute-Provence, les experts cherchent sur place à établir les circonstances exactes de l'accident.

Des spécialistes de l'Institut de recherches criminelles de la gendarmerie nationale (IRCGN) sont arrivés ce dimanche matin de Rosny-sous-Bois, avec un dispositif laser afin de figer tout l'environnement pour les besoins de l'enquête : la scène de l’accident va être modélisée en 3D pour tenter de comprendre ce qui s'est passé. Une technique employée d'habitude pour les scènes de crime en intérieur.

Pour Stéphane Kellenberger, procureur de la République de Dignes, ce déraillement est une "terrible fatalité" : samedi vers 11h, un bloc de pierre de plus de 20 tonnes s'est décroché de la falaise, juste au passage de ce train   , géré par les chemins de fers de Provence, qui ne passe que quatre fois par jour, toutes les trois heures.Deux passagères ont été tuées dans le déraillement : une octogénaire de la commune de Fugeret et une touriste russe de 49 ans. Neuf autres usagers ont été blessé, donc un grièvement. Quatre sont sortis de l'hôpital de Nice ce dimanche matin.Le route nationale 202, qui relie Nice à Digne, a été coupée dans l'après-midi à Saint-Benoît, à hauteur de l'accident. La préfecture des Alpes-de-Haute-Provence craint en effet de nouvelles chutes de pierres.

De nouvelles chutes de pierre sont à craindre aux abords de l'accident - Radio France
De nouvelles chutes de pierre sont à craindre aux abords de l'accident © Radio France