Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plaintes déposées à Castres après la vidéo virale d'une personne handicapée

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu

Deux plaintes ont été déposées à Castres apprend France Bleu Occitanie ce mardi, alors qu'une vidéo virale a été postée sur les réseaux sociaux par une personne en situation de handicap qui estime s'être vue refuser l'accès à un salon de thé. Une enquête est en cours.

Une personne en situation de handicap a porté plainte à Castres.
Une personne en situation de handicap a porté plainte à Castres. © Maxppp - Maxppp

Que s'est-il passé devant le salon de thé "les Saveurs du temps" dans le centre-ville de Castres vendredi 14 août ? Une vidéo virale a été postée lundi sur les réseaux sociaux par une jeune femme, Mathilde, en situation de handicap. Elle estime s'être vue refuser l'accès à l'établissement alors qu'elle était en fauteuil roulant et accompagnée d'un chien d'assistance.

Une vidéo vue plus de deux millions de fois

Sur la vidéo de 20 secondes, qui a été vue plus de deux millions de fois, et qui a été abondamment partagée, on voit la jeune femme se tenir dans son fauteuil devant la porte d'entrée du salon. Le gérant l'empêche de passer et lui dit : "Quelle que soit la réglementation, avec ou sans le chien, vous ne rentrerez pas chez moi. J'ai le droit de refuser des clients." Une employée du salon lui dit également : "C'est moi qui vais porter plainte contre vous pour m'empêcher de travailler."

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Selon un proche du couple de gérants, la jeune handicapée a revendiqué la loi, mais a surtout "bloqué l'entrée du magasin" pendant plus d'une heure, et a appelé la police municipale de Castres. Sur la vidéo, un agent de surveillance de la voie publique se tient d'ailleurs entre le commerçant et la jeune handicapée, mais n'intervient pas.  

Les deux protagonistes de cette affaire brandissent la loi pour se justifier. La jeune femme en situation de handicap rappelle le décret du 29 décembre 2005 stipulant "l'interdiction des lieux ouverts au public aux chiens guides d'aveugles et aux chiens d'assistance (…) qui accompagnent les personnes titulaires de la carte d'invalidité (…) est punie de l'amende prévue pour les contraventions de la 3e classe".  

Et les gérants de répliquer que l'établissement est assimilé à l'agroalimentaire, puisqu'ils brûlent le café, et que les animaux sont interdits selon la convention collective.

"J'attends qu'ils soient punis" 

France Bleu Occitanie a pu joindre Mathilde, étudiante de 25 ans, atteinte de plusieurs maladies rares. "Ils ne comprennent toujours pas qu'ils sont en désaccord avec la loi, ça risque de se reproduire ici ou ailleurs, parce que ce sont des faits courants, estime la jeune femme. J'attends c'est qu'ils soient punis à hauteur de la loi, donc une amende entre 150 et 450€, rien de plus ni de moins. La seule chose qui me plaît dans le fait que ça a pris tant d'ampleur, c'est que pour une fois on peut le dire !"

Mathilde témoigne au micro de France Bleu Occitanie.

"On juge la situation sur dix secondes" 

"On a été averti par notre employé qui nous a téléphoné dimanche matin, on a eu plein de gens qui nous ont téléphoné, j'ai eu plein de messages et de menaces de mort, témoigne également Muriel de Bona, gérante avec son mari du salon de thé. J'ai des associations d'handicapés qui ont téléphoné a qui j'ai expliqué ce qu'il s'est passé. Ce que je trouve inadmissible c'est la vindicte des gens, on juge une situation sur 10 secondes !"

Témoignage de Muriel de Bona, la gérante du salon de thé.

Deux plaintes déposées 

Depuis la publication sur internet, ces commerçants font l'objet de violentes critiques sur internet, à tel point que Facebook a décidé ce mardi matin d'empêcher la publication de commentaires sur la page de la boutique. Quant au téléphone de la boutique, "il n'arrête pas de sonner", confie le proche. 

Ce mardi, France Bleu Occitanie apprend que deux plaintes ont été déposées au commissariat de Castres, l'une par Mathilde pour "non accès à personne handicapée avec chien d'assistance", et le couple de commerçants notamment pour diffamation, face à l'avalanche de commentaires haineux. Une enquête est en cours.

Des réactions même au sein du gouvernement 

La secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel a elle-même réagi sur Twitter, dénonçant une exclusion d'une personne en situation de handicap "au prétexte que son chien accompagnateur est vecteur de Covid 19". Sauf qu'aucune des parties, ni la personne en situation de handicap, ni les gérants du salon de thé, n'ont évoqué le coronavirus dans cette affaire. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess