Faits divers – Justice

Plan Vigipirate prolongé dans les Alpes-Maritimes : les forces de l'ordre vont-elles tenir ?

Par Maxime Fayolle, France Bleu Azur jeudi 5 mars 2015 à 13:10

Les militaires patrouillent sur la place Masséna à Nice dans le cadre du plan vigipirate
Les militaires patrouillent sur la place Masséna à Nice dans le cadre du plan vigipirate © MaxPPP

Le Plan Vigipirate "alerte attentat" est maintenu jusqu'au 10 avril prochain et sûrement pour "plusieurs mois" a indiqué le gouvernement. Le problème c'est que les policiers, gendarmes et militaires, sur le pont depuis des semaines, n'en peuvent plus. Ils ne se voient pas tenir à ce rythme pendant encore longtemps.

Le Plan Vigipirate "alerte attentat" est maintenu jusqu'au 10 avril prochain et sûrement pour plusieurs mois , une mobilisation sans précédent en France.

Cette vigilance maximale a été délenchée le 7 janvier en Ile-de-France, après l'attentat à Charlie Hebdo. Dans les Alpes-Maritimes, elle a fait suite à l'agression des trois militaires, place Masséna à Nice, le 3 février dernier. Depuis début janvier, près de 4.700 policiers et gendarmes sont mobilisés en France et 10.500 soldats protègent 830 sites sensibles  : des lieux de culte, des écoles, des médias.

Sur la nécessité de prolonger ce Plan Vigipirate, tout le monde est d'accord. Le problème, c'est que les forces de l'ordre qui sont sous pression depuis des semaines ne se voient pas continuer à ce rythme pendant encore plusieurs mois.

"Les effectifs ne sont pas suffisants pour permettre de poursuivre cette mission sur une longue durée."

  • Jean-Hugues Matelly, président de GendXXI

Les militaires ne tiendront pas le coup assure GendXXI. La nouvelle association professionnelle des gendarmes assure qu'il faut recruter et former rapidement de nouveaux militaires .

Vigipirate SON 1

Même constat du côté des policiers, qui manquent aussi de moyens humains. Le syndicat de police Alliance, majoritaire dans les Alpes-Maritimes, dénonce la fatigue physique et morale des agents et il propose d'externaliser certaines missions des policiers à des sociétés de sécurité privées. 

Vigipirate SON 2

Les prochaines semaines risquent d'être insoutenables pour les gendarmes, les militaires et les policiers qui assurent la sécurité dans les Alpes-Maritimes.

Vigipirate ENRO

Le maintien de ce Plan Vigipirate "alerte attentat" a des répercussions sur les conditions de travail des forces de l'ordre mais il a aussi des conséquences économiques. Rien que la mobilisation des 10.500 militaires pour protéger les sites sensibles de France coûtent chaque jour à l'Etat près d'un million d'euros.

Partager sur :