Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Plus d'un an après, il est arrêté pour les émeutes aux Dervallières

-
Par , France Bleu Loire Océan

Un homme vient d'être arrêté pour avoir participé aux émeutes dans le quartier des Dervallières, à Nantes, au début de l'été 2018. Il a notamment avoué avoir participé au pillage d'un tabac-presse.

La mairie annexe incendiée.
La mairie annexe incendiée. © Radio France - Marion Fersing

Nantes, France

Plus d'un an après les émeutes dans le quartier des Dervallières, à Nantes, l'ADN a fini par parler. Pendant la nuit de violences du 3 au 4 juillet 2018 qui fait suite à la mort d'un jeune homme tué par un CRS dans le quartier du Breil, plusieurs bâtiments et plusieurs voitures sont aussi incendiés dans le quartier voisin des Dervallières. Un tabac-presse est également pillé.

Des traces de sang

Dans les heures qui suivent, les enquêteurs effectuent plusieurs prélèvements ADN, notamment à partir de traces de sang. Mais, à l'époque, ils ne permettent pas d'identifier un suspect. Il faut attendre la semaine dernière pour que ce soit le cas.

"Brûler la place"

Un homme est arrêté. Il avoue avoir participé au pillage du tabac. C'est-à-dire avoir forcé le rideau de fer et volé plusieurs cartouches de cigarettes. Il reconnaît aussi avoir aidé à allumer plusieurs incendies de bâtiments et de voitures en assurant le ravitaillement en cocktails Molotov et avoir jeté des pavés.

Il explique que, cette nuit là, le but des émeutiers était de "brûler la place". Les dégâts s'élèvent à plusieurs millions d'euros. Il sera jugé le 7 février. 

Choix de la station

France Bleu