Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Plus d'un millier de participants à la première Marche des fiertés en banlieue à Saint-Denis

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Plus de 1.000 personnes ont défilé dans les rues de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ce dimanche après-midi à l'occasion de la première Marche des fiertés en banlieue.

Première marche des fiertés en banlieue à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le 9 juin 2019
Première marche des fiertés en banlieue à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le 9 juin 2019 © Radio France - Hajera Mohamad

Saint-Denis, France

Pari réussi pour cette première Marche des fiertés LGBT+ en banlieue ce dimanche 9 juin. Les organisateurs attendaient 1.300 participants, ils étaient plus d'un millier selon la police.

Drapeaux arc-en-ciel dans le centre de Saint-Denis

Les drapeaux arc-en-ciel ont flotté dans les rues de Saint-Denis, tout au long du parcours, de la place de la Résistance jusqu'à la place de la Basilique Saint-Denis où un village associatif et des concerts étaient prévues également en fin de journée. Plusieurs élus présents, notamment le maire (PCF) de Saint-Denis, Laurent Russier. L'hôtel de ville arborait d'ailleurs lui aussi un drapeau arc-en-ciel.

De l'homophobie au-delà du périph

Dans le cortège, Guy, 22 ans. Il habite à Saint-Denis depuis quelques mois, il est gay, transgenre et les insultes homophobes et transphobes, il en subit quasiment tous les jours, nous dit-il. D'ailleurs, en venant à cette marche, il en a eu droit encore : "Je suis passé dans mon quartier et un homme m'a dit 'pédé'". Même si le jeune homme tente à chaque fois de tenir tête et s'assume complètement, il a des craintes : "C'est pesant, j'ai peur de m'habiller comme je veux, j'ai peur de tenir la main à mon copain".

"On devrait pouvoir se tenir la main partout" - Guy, 22 ans

Ne pas stigmatiser les banlieues

Mais de là, à dire qu'il y a plus d'homophobie dans les banlieues, ce serait un cliché, assure Cédric Daniel, président de l'association Aides en Île-de-France. Néanmoins, il reconnaît que la communauté LGBT+ est plus visible dans la capitale : "Le quartier du Marais reste un repère pour les LGBT à Paris. C'est vrai qu'on manque peut-être de repères en banlieue qui pourraient peut être favoriser l'intégration des personnes LBGT dans le paysage, au delà du périph..."

Première marche des fiertés en banlieue à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le 9 juin 2019 - Radio France
Première marche des fiertés en banlieue à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le 9 juin 2019 © Radio France - Hajera Mohammad

Rendez-vous à Paris

Pour Yanis Khames, jeune étudiant de Saint-Denis, organisateur de la marche, l'objectif est aussi de rappeler que les homo, bi, trans, sont tout autant victimes d'agression dans les banlieues qu'à Paris, mais sans pour autant stigmatiser ces quartiers et leurs habitants, pas plus homophobes que d'autres. Plusieurs associations ont appelés à participer à cette marche : Act Up, Aides, Stop Homophobie, SOS Homophobie... Les participants se redonnent rendez-vous le 29 juin prochain, de l'autre côté du périph, pour la grande Marche des fiertés parisienne.

Première marche des fiertés en banlieue à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le 9 juin 2019 - Radio France
Première marche des fiertés en banlieue à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le 9 juin 2019 © Radio France - Hajera Mohammad