Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plus de 20 chiens meurent dans un transfert entre deux refuges de la SPA

-
Par France Bleu

Le 23 avril dernier, 24 chiens ont été retrouvés morts, asphyxiés, dans un camion qui les menait d'un refuge de la SPA situé à Tarbes jusqu'à un refuge parisien. Les deux refuges et le transporteur se rejettent la faute. Deux plaintes ont d'ores et déjà été déposées.

Trente-huit chiens, en tout, devaient être transférés jusqu'à Paris (photo d'illustration)
Trente-huit chiens, en tout, devaient être transférés jusqu'à Paris (photo d'illustration) © Maxppp

Ils étaient 38 chiens à embarquer dans un camion, lundi 23 avril, pour être transférés du refuge de la Société protectrice des animaux (SPA) de Tarbes vers Paris, pour cause de surpopulation à Tarbes. A l'arrivée, ils n'étaient plus que 14. Vingt-quatre des chiens sont décédés dans ce transfert, morts d'asphyxie . C'est le conducteur du camion qui s'en est rendu compte, à son troisième arrêt à mi-parcours.

Depuis que les faits sont survenus, l'affaire cause un malaise à la SPA, qui rejette la faute sur le transporteur; alors que celui-ci met en doute le fonctionnement de la SPA de Tarbes. Cette dernière assure que l'opération a été coordonnée par la SPA de Paris, et que la faute vient de la société de transport, la Sapca. Le PDG de l'entreprise reconnaît que le camion, d'une taille de 20m3, n'était "pas agréé " :

"En cas de demande urgente de la SPA, nous sommes amenés à louer des véhicules de grande taille, non agréés, cela s'est toujours bien passé car le chauffeur prend des précautions avec les animaux".  — Jean-François Fonteneau, PDG de la Sapca

Un "fonctionnement dramatique" à Tarbes ?

Les chiens étaient transportés dans des cages individuelles. Ils auraient été asphyxiés par les gaz d'échappement, qui seraient rentrés dans le véhicule par le hayon entrouvert : il n'y avait pas d'aération dans le camion, explique Maud Starck, vice-présidente du refuge de Tarbes :

"C'était un camion de déménagement sans aération, conçu pour le transports de meubles, pas d'animaux vivants (...) On s'en veut, on n'aurait jamais dû les faire partir !" — Maud Starck, vice-présidente de la SPA de Tarbes

Maud Starck explique ne pas avoir osé s'opposer au transport : "Il y avait sur place quelqu'un des services vétérinaires, ainsi qu'une déléguée de la SPA nationale , le chauffeur nous a assuré qu'il faisait cela depuis longtemps ", raconte-t-elle.

Mais pour le patron de la Sapca, le refuge tarbais serait aussi impliqué dans la responsabilité : il dénonce un "fonctionnement dramatique de longue date " du lieu. Selon lui, des analyses devraient permettre "de vérifier l'hypothèse du monoxyde de carbone, mais aussi de savoir si ces animaux avaient reçu un traiement antipuces excessif ou des tranquilisants avant le voyage ". 

Deux plaintes déposées

Deux plaintes contre X ont d'ores et déjà été déposées, affirment d'une part la présidente du refuge de Tarbes Paulette Cassou, et d'autre part la présidente nationale de l'association, Natacha Harry. Il revient au parquet de Tarbes de décider si l'enquête reste dans les Hautes-Pyrénées , si elle est affectée à Paris, ou à Agen, où se situe le siège social du transporteur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess