Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Plus de 2000 paires de lunettes volées chez un opticien du centre-ville de Rennes

vendredi 11 janvier 2019 à 18:13 Par Lisa Guyenne, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

C'est un casse professionnel, qui aurait été très finement préparé. Dans la nuit de mardi à mercredi, la boutique d'optique Taillandier, en plein centre-ville de Rennes, s'est fait dérober plus de 2.000 paires de lunettes. Le préjudice s'élèverait à 140.000 euros.

Les présentoirs et les tiroirs de la boutique de Laurence Taillandier ont été entièrement vidés.
Les présentoirs et les tiroirs de la boutique de Laurence Taillandier ont été entièrement vidés. © Radio France - Lisa Guyenne

Rennes, France

"La maison existe depuis 1923, moi je suis là depuis les années 70, et jamais nous n'avions eu de cambriolage." Laurence Taillandier, la patronne de la boutique, n'avait jamais vu cela. Dans la nuit de mardi à mercredi, apparemment vers deux heures du matin, des cambrioleurs ont pénétré dans l'enseigne et ont dérobé plus de 2.000 paires de lunettes de créateurs, pour un préjudice de 140.000 euros selon elle.

Un "gang" ultra-préparé

"Nous avons constaté que la porte blindée de l'arrière-boutique était ouverte, et tous les présentoirs, tous les tiroirs étaient vides", explique la patronne. "D'après la police, _ça a été extrêmement rapide, ils étaient très professionnels_. Ils ont fait sauter le disjoncteur pour couper l'électricité et vider la boutique, en prenant le soin de laisser les lunettes en vitrine, sans doute pour ne pas être vus de la rue.

Laurence Taillandier précise que les enquêteurs pencheraient pour un gang qui aurait reçu "une commande" et que les lunettes auraient été "pré-vendues dans des magasins dans les pays de l'Est et en Albanie".

Les présentoirs pillés - Radio France
Les présentoirs pillés © Radio France - Lisa Guyenne

Les lunettes de créateur, cible d'ordinaire moins prisée des cambrioleurs

Outre la porte blindée et les présentoirs sécurisés, Laurence Taillandier n'avait pas pensé pouvoir être la cible d'un cambriolage. "Jusqu'à présent, les magasins d'optique cambriolés étaient davantage ceux qui faisaient des modèles de couturier, type Dior, Chanel, Gucci... Nous, ayant fait le choix de ne vendre que des lunettes de créateurs, on pensait, jusqu'à aujourd'hui, que ça se revendait moins bien."

C'est difficile, parce qu'on croit être protégé avec des systèmes performants, on croit qu'en étant au centre-ville de Rennes, on est mieux loti que les autres... En réalité il n'en est rien. On a un peu l'impression d'être violé dans notre intimité."

Les quelques paires de lunettes restantes étaient placées sur des présentoirs fermés, que les cambrioleurs ont aussi essayé d'ouvrir. - Radio France
Les quelques paires de lunettes restantes étaient placées sur des présentoirs fermés, que les cambrioleurs ont aussi essayé d'ouvrir. © Radio France - Lisa Guyenne

La solidarité s'organise

Aujourd'hui, la patronne se dit "dépitée" mais veut garder le moral, "pour mes employés". Et dans son malheur, l'entreprise familiale bénéficie déjà d'une belle solidarité dans le milieu de l'optique. "J'ai la chance d'avoir de très bons amis fabricants et fournisseurs, et déjà, je commence à recevoir des colis de lunettes. On m'envoie des produits de fabricants qui vont pouvoir réapprovisionner mes stocks.

Car à l'heure actuelle, il ne lui reste que 150 paires de lunettes en magasin. Des paires qui dormaient dans l'atelier, ou placées sur des présentoirs verrouillés que les voleurs n'ont pas pu ouvrir.