Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plus de 300 personnes manifestent à Périgueux contre la loi sur la sécurité globale

-
Par , France Bleu Périgord

La fronde ne faiblit pas en Dordogne contre la loi sur la sécurité globale. Environ 300 personnes ont manifesté à nouveau ce samedi dans le centre ville de Périgueux, notamment contre l'article 24 qui punit la diffusion malveillante de vidéos de policiers

Dans la manifestation contre la sécurité globale à Périgueux
Dans la manifestation contre la sécurité globale à Périgueux © Radio France - Antoine Balandra

Entre 270 et 350 personnes ont manifesté ce samedi matin à Périgueux contre la loi sur la sécurité globale. Et son fameux article 24 qui prévoit des sanctions contre la diffusion malveillante d'images de policiers.

Des manifestations ont aussi eu lieu partout en France. Deuxième week-end de mobilisation contre ce texte. Et cela au lendemain de la diffusion de nouvelles images du producteur de musique tabassé dans son studio par trois policiers à Paris. Des images qui ont beaucoup choqué même à 500 km de là, à Périgueux.

Dans la manifestation à Périgueux
Dans la manifestation à Périgueux © Radio France - Antoine Balandra

Des jeunes notamment sont venus avec leur pancartes : "Souriez Vous êtes filmés" ou encore "pas assez canon pour être filmés" comme Léo 21 ans outré par les images de violences policières : "Récemment avec le producteur de musique qui s'était fait lyncher dans son propre studio par trois policiers, cela fait mal, on n'en peut plus, nous sommes jeunes, on ne peut pas avancer dans un monde qui devient finalement une dictature. Les images que l'on ne veut pas montrer, il faut pouvoir les diffuser à tout le monde, c'est la liberté d'expression. Tu ne peux plus te balader dans la rue tranquillement, si un flic, ta tête ne lui revient pas, il sait qu'il ne va pas être filmé, il met une petite balayette, un petit coup de coude dans les côtes. Il ne faut pas généraliser, il y a aussi des flics qui font leur boulot, il faut retrouver un respect de notre police, tous les policiers ne sont pas comme cela. Certains souffrent de l'image que véhicule une minorité policière" dit-il. 

De l’inquiétude pour l'avenir donc pour ce jeune homme surtout dit-il si l'article 24 de la loi de sécurité globale était définitivement adopté. Dans la manifestation a il y avait beaucoup de simples citoyens comme lui qui manifestaient souvent pour la première fois depuis très longtemps, révoltés par les images visionnées sur les réseaux sociaux comme Gaëlle : "Si on n'avait pas eu les images, nous n'aurions pas su. Il n'y a rien qui justifie l'utilisation d'une telle violence, absolument rien" dit-elle. 

Dans la manifestation à Périgueux
Dans la manifestation à Périgueux © Radio France - Antoine Balandra

Et puis il y a ceux qui sont venus juste crier leur dégoût pour les violences récentes de certains policiers : "Moi je dis que oui, il faut que la police reste filmée. Si c'est dissuasif, tant mieux, parce que j'ai honte pour la France de ce qui vient de se passer" dit une militante féministe venue manifester.

Et même si Périgueux a toujours été très préservé des violences dans les manifestations, beaucoup étaient là disent-ils par solidarité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess