Faits divers – Justice

Plus de 50 personnes coincées dans les congères au col du Puymorens

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon jeudi 5 mars 2015 à 8:09

Le Col du Puymorens sous la neige.
Le Col du Puymorens sous la neige. © MaxPPP

Un bus et vingt voitures se sont retrouvés coincés dans des congères au col du Puymorens (Pyrénées-Orientales) dans la nuit de mercredi à jeudi. Il a fallu plus de six heures pour les évacuer.

Une nuit de galère pour 56 personnes dont deux enfants qui se sont retrouvées bloquées dans des congères au col du Puymorens dans la nuit de mercredi à jeudi. Vers 20 heures, un bus et vingt voitures ne pouvaient plus progresser sur la route dans le brouillard et la neige. Il a fallu faire appel aux pompiers, aux gendarmes, mais aussi au personnel de la station de ski de Porte-Puymorens.

"On a passé huit heures dans la voiture"

Samuel était en vacances en famille dans l'Ariège, jeudi il revenait du Pas de la Case lorsqu'il s'est retrouvé coincé dans les congères : "Ça s'est dégradé très rapidement et c'était impossible d'avancer, on voyait plus rien , on ne voyait même plus la voiture devant, le vent était violent et chassait la neige, c'était assez assez impressionnant ! On savait qu'on allait être pris en charge, mais on ne savait pas combien de temps ça allait prendre, il a fallu qu'ils se frayent un chemin jusqu'à nous. Nous a été redescendu vers 2 heures du matin, on a passé quasiment 8 heures dans la voiture. Moi j'ai un petit garçon de 5ans, j'ai pas trop paniqué, je savais qu'ils allaient venir , mais le temps était un peu long, on a essayé de rassurer tout le monde pour dédramatiser . Ça se termine bien, il reste juste à récupérer les voitures, ça c'est que du matériel, c'est pas grave."

Naufragés 12h

"On ne voyait pas à 50 centimètres"

Eric Charre, le directeur de la station a passé une partie de la nuit avec ses naufragés, jusqu'à trois heures du matin pour les secourir : "On a retrouvé les équipes de secours sur place qui avaient déjà bien sécurisé les naufragés, la plupart étaient déjà dans des chevillettes (les cabines spéciales pour accueillir les naufragés) d'autres, avec les gendarmes, dans des voitures.

On a ouvert la route aux équipes de secours avec trois dameuses , ça s'est passé très doucement, à cause de la visibilité, on ne voyait pas à 50 centimètres . Tout le monde a pu être logé sur la station, les gens se sont proposés spontanément"

8h PORTE PUYMORENS

"Ils n'étaient pas rassurés, coincés dans la tempête", le patron de l'auberge bar Catherine.

Au total, 35 personnes ont été logées à Porte et 25 au Pas de la Case. Jean Sarda a accueilli les naufragés dans son auberge, "le bar Catherine" à Porte : "Ça a été très difficile parce qu'on y voyait pas, y avait un vent très violent, ils ont mis énormément de temps.

Pour les naufragés, y a eu de la frayeur, à partir du moment où vous êtes coincés en pleine tempête, enfermés dans une voiture, vous n'êtes pas très rassurés. Une fois qu'ils ont vu les secours arriver, ils ont été rassurés. Quand ils sont arrivés ici, ils n'étaient pas très fiers . Ils étaient contents qu'on les sorte de là. Ils n'étaient pas équipés pour passer la nuit dehors."

Naufragés 9h