Faits divers – Justice

Plus de contrôles et des caméras mobiles pour les salariés de la CTPM

Par Isabelle Rolland et Hugo Flotat-Talon, France Bleu Belfort-Montbéliard vendredi 22 janvier 2016 à 17:57

Les bus CTPM à l'arrêt ce vendredi
Les bus CTPM à l'arrêt ce vendredi © Radio France - Hugo Flotat-Talon

Après une journée de grève suite à l'agression de plusieurs contrôleurs, ce jeudi 22 janvier, les salariés du réseau de bus CTPM ont obtenu des garanties pour leur sécurité de la part de la direction. En particulier des contrôles renforcés et des caméras mobiles.

Les 65 bus de la compagnie CTPM sont restés au dépôt, ce vendredi 23 janvier. En cause: une agression, la veille de plusieurs contrôleurs dans un bus, sur la commune de Bavans. Les salariés de la compagnie du pays de Montbéliard ont décidé d'exercer leur droit de retrait, protestant contre le nombre d'agressions en hausse selon eux. Trois depuis le début de cette année. La direction assure de son côté que les incidents sont en baisse, 50 % depuis 2013. 

Des caméras mobiles

Des réunions se sont tenues, ce vendredi matin entre les représentants du personnel et la direction. Plusieurs annonces ont été faites, concernant la sécurité. Il y aura plus de contrôles: de 10 à 14.000 heures par an. La direction avait prévu avant l'agression d'équiper chaque contrôleur de petites caméras mobiles. Elles seront présentées la semaine prochaine aux salariés avant d'entrée en service. Cela permettra, selon Aurélie Becard, directrice de Kéolis Pays de Montbéliard de " dissuader les personnes qui seraient susceptibles d'avoir des comportements agressifs, cela s'est vérifié dans d'autres réseaux de transport en commun."

La direction de Kéolis pays de Montbéliard promet un renforcement de la sécurité

"Il faut des embauches de contrôleurs à temps complet !"

   Les salariés restent sceptiques. "Les caméras seront-elles assez efficaces ? Et les contrôles suffisants ? Il faut des embauches de contrôleurs à temps complet !" Ce sont quelques unes des réflexions à la sortie de la réunion, déplorant des situations toujours compliquées. 

Les élus du personnel sceptiques après les annonces de la direction

Toute la journée, les salariés se sont regroupés autour d'un feu de camp, solidaires les uns les autres.

Les agresseurs présumés ont été interpellés, vendredi dans la journée. Ils ont été placés en garde à vue. 

Le trafic des bus doit reprendre normalement ce samedi 24 janvier

Partager sur :