Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Plusieurs dizaines de policiers ligériens rassemblés contre les violences à l'encontre des forces de l'ordre

mardi 9 janvier 2018 à 19:25 Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire

Une cinquantaine de policiers se sont rassemblés ce mardi, à Saint-Étienne, à l'appel d'un syndicat pour dénoncer les violences que subissent les forces de l'ordre. Les Stéphanois avaient tous en tête la course poursuite de la nuit précédente, lors de laquelle dix de leurs collègues ont été blessés.

Le début du rassemblement des policiers devant le commissariat du cours Fauriel à Saint-Étienne.
Le début du rassemblement des policiers devant le commissariat du cours Fauriel à Saint-Étienne. © Radio France

Saint-Étienne, France

Ils étaient environ une cinquantaine de policiers devant le commissariat du cours Fauriel à Saint-Étienne ce mardi, une soixantaine à Roanne, rassemblés à l'appel d'un syndicat Unité SGP FO, pour dénoncer les violences que subissent les forces de l'ordre. Les Stéphanois avaient tous en tête la course poursuite de la nuit précédente, lors de laquelle dix de leurs collègues ont été blessés

"On est de la chair à canon (...). On se dit qu'aujourd'hui on est pas sûrs de rentrer en vie à la maison", commente ce gardien de la paix, en poste dans l'agglomération depuis 2006.  "Ça empire, on constate de plus en plus la haine de la police, les coups viennent de plus en plus facilement", ajoute cet homme à la lumière de ces 17 ans d'expérience. 

Le maire de Saint-Étienne "saisit" le ministre de l'Intérieur

Des conditions de travail plus difficiles et le sentiment de ne pas toujours être soutenu par son administration. Comme Frédéric, grièvement blessé depuis une intervention en 2013 et qui attend toujours la reconnaissance de son accident du travail. Après trois ans d'arrêt de travail, il a pu reprendre dans les bureaux, au dépôt de plainte.

Des policiers auxquels le maire de Saint-Étienne apporte son soutien. Gaël Perdriau annonce qu'il "saisit" le ministre de l'Intérieur. Il doit rencontrer Gérard Collomb en tant que co-président de la commission sécurité de France urbaine. "Je m'interroge sur la volonté réelle du gouvernement de lutter contre les trafiquants de drogue en ne donnant pas, sur le terrain, les moyens indispensables notamment logistiques, pour mener une action efficace", écrit-il.