Faits divers – Justice

"Jungle" de Calais : "Il n'y a plus personne sur le camp, tout le monde est à l'abri", annonce la préfète

Par Géraldine Houdayer, France Bleu Nord et France Bleu mercredi 26 octobre 2016 à 7:23

Selon la préfète du Pas-de-Calais, l'évacuation de la "jungle" sera terminée ce mercredi soir
Selon la préfète du Pas-de-Calais, l'évacuation de la "jungle" sera terminée ce mercredi soir © AFP - Philippe Huguen

"Il n'y a plus personne sur le camp. Tout le monde est à l'abri", annonce la préfète du pas-de-Calais ce mercredi midi. L'évacuation de la "jungle" de Calais sera terminée ce soir, selon elle. Plusieurs incendies volontaires sont toujours en cours sur le camp.

Les autorités sont "en capacité" d'achever l'évacuation de tous les migrants de Calais d'ici "ce soir", déclare ce mercredi midi la préfète du Pas-de-Calais Fabienne Buccio. "On est en capacité de fermer le dispositif de sas dès ce soir. Il n'y a plus personne sur le camp. Tout le monde est à l'abri. Après la prise en charge des derniers migrants le dispositif s'arrête", a affirmé Fabienne Buccio.

> Suivez le direct sur le site internet de franceinfo

De multiples incendies sont par ailleurs toujours en cours, ce mercredi 26 octobre, dans plusieurs zones de la "jungle" de Calais, dans la continuité des feux volontaires qui ont ravagé une partie du camp dans la nuit. Après une matinée calme, les départs de feux se sont multipliés peu avant midi. Ils dégagent d'épais panaches de fumée noire visibles depuis le port de Calais, à 500 mètres de là. Les flammes lèchent certains poteaux électriques, et la camionnette d'une association s'est embrasée.

De petites explosions se font entendre, en plus du crépitement omniprésent des abris en train de brûler.

Les incendies, une tradition pour certaines communautés

Durant la nuit, des feux similaires avaient débouché sur l'explosion de bonbonnes, blessant légèrement un migrant aux tympans. Les incendies sont une "tradition, notamment pour certaines communautés qui mettent le feu à leur habitation au moment de la quitter", avait affirmé la préfète Fabienne Buccio mercredi matin. Le même phénomène avait été constaté en mars lors du démantèlement de la zone sud

Un afghan blessé par l'explosion d'une bouteille de gaz la nuit dernière

Dans la nuit de mardi à ce mercredi, deux bouteilles de gaz ont explosé, dont une dans la zone des "commerces". Cette explosion a blessé aux tympans un migrant afghan. Les feux ponctuels se multiplient depuis l’annonce du démantèlement de la "jungle", qui a débuté ce lundi 24 octobre."Nous avons été caillassés et avons dû intervenir protégés par les forces de police", a expliqué à l'AFP un pompier sur place. Depuis le début de l'opération de démantèlement de la "jungle", 4000 migrants ont été mis à l'abri, envoyés en Centre d'accueil et d'orientation ou dans le Centre d'Accueil Provisoire pour les mineurs.

Partager sur :