Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pluvigner : quatre semaines après le crash d'un F16 dans leur propriété, l'attente de Béatrice et Patrick Kauffer

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Le jeudi 19 septembre, un F16 de l'armée de l'air belge s'écrasait à Pluvigner, près d'Auray, dans le Morbihan. Le pilote et le co-pilote en sont sortis indemnes. Béatrice Kauffer, dans sa maison, au moment du drame, n'a pas été blessée. En attendant, elle et son mari, Patrick, logent dans un gîte.

Sur cette photo on voit la trace de l'avion qui a fini sa course dans un champ de mais
Sur cette photo on voit la trace de l'avion qui a fini sa course dans un champ de mais - Gendarmerie

Le monde a basculé ce jeudi 19 septembre. Béatrice Kauffer est chez elle. Patrick, son mari, est à Pluvigner. Le crash du F16 ne prend que quelques secondes. Le pilote et le co-pilote, en difficulté, orientent leur avion vers ce qu'ils croient être une zone non habitée. Un champ, une petite route, des arbres et un autre champ. À 300 mètres d'altitude, ce qui est extrêmement bas, ils s'éjectent. L'avion tombe, percute la maison et achève sa course dans le champ. Les pilotes ont raconté que, cachée par les arbres, ils n'ont pas vu la maison. 

L'avion a percuté le haut de la maison, aujourd'hui bâché
L'avion a percuté le haut de la maison, aujourd'hui bâché © Radio France - François Rivaud

Béatrice Kauffer se souvient qu'elle a entendu un énorme bruit. Elle a pensé à un accident de la circulation à un carrefour situé non loin de la maison. Dans les minutes qui suivent le crash, un cycliste arrive. Il raconte qu'il a vu l'avion tomber. Et là, Béatrice voit les dégâts : le cabanon en feu dans le jardin, des arbres en train de se consumer, la maison, "comme griffée sur toute sa longueur".

Tout le premier étage sera à refaire. C'est le minimum
Tout le premier étage sera à refaire. C'est le minimum - Patrick Kauffer

La zone autour de la maison et du hameau, il y a une petite dizaine d'habitations, est bouclée par la gendarmerie. Le secteur est ensuite gardé par l'armée. Les travaux de dépollution débutent quelques jours après le crash. Entre 15 et 20 arbres de la propriété des Kauffer sont abattus. 

Des arbres ont été abattus
Des arbres ont été abattus - Patrick Kauffer

Un mois après le crash, le site est dépollué. Le terrain des Kauffer a été décapé une quinzaine de centimètres de profondeur. Dans le champ de mais, situé dans l'axe, on a enlevé de la terre sur une profondeur de 50 à 60 centimètres.

Béatrice et Patrick Kauffer habitent dans le Morbihan depuis 1998

Ils étaient depuis plus de 16 ans dans cette maison, à Pluvigner. Ils sont aujourd'hui hébergés dans un gîte de vacances, à 1 kilomètre de chez eux. Ils se sentent, disent-ils, "un peu coincés avec pas grand chose à faire". Ils retournent dans la maison de temps en temps, pour chercher des affaires personnelles ou rencontrer les experts. Pourront-ils y retourner ? Ont -ils envie d'y retourner ? Béatrice Kauffer pour le moment n'envisage pas cette solution."Rester à Pluvigner, oui", dit -elle, "mais pour acheter ou faire construire". Les travaux envisagés dans la maison en partie détruite sont lourds : on parle de cinq à six mois minimum. Tout le premier étage est à refaire. Béatrice Kauffer dit qu'aujourd'hui encore, elle sent l'odeur du kérosène.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess