Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Clermont-Ferrand : en colère, les policiers municipaux n'interviennent plus dans les rues de la ville

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Depuis plusieurs mois, les policiers municipaux demandent plus de moyens au maire de la ville. Après les derniers attentats qui ont frappé le pays, leur armement est devenu une priorité pour eux. Refusé par le maire, ils ont décidé de n'intervenir que pour les urgences.

Police municipale (illustration)
Police municipale (illustration) © Radio France - Benoît Martin

"Il n'y a pas de dialogue social à la mairie de Clermont-Ferrand". Le policier municipal clermontois, Nicolas Chassagne, représentant CFDT, n'y va pas avec le dos de la cuillère. "Il y a un mécontentement dans le service depuis de longs mois avec un préavis de grève en cours depuis l'année dernière" rappelle le délégué syndical.

Depuis plusieurs mois, les policiers de la ville réclament plus d'effectifs, de moyens. La question de l'armement est, elle aussi sur la table. Depuis les récents attentats qui ont frappé le pays, cette question est devenue très sensible et les policiers municipaux ont voulu durcir leur mouvement. Pour manifester leur mécontentement lié au sentiment de ne pas être écoutés, ils ont donc décidé de ne plus intervenir dans les rues de la ville, sauf pour les urgences.

Je ne retiens pas les policiers qui veulent être armés" Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand 

Le sujet de l'armement de la police municipale a été également l'objet d'échanges virulents lors du dernier conseil municipal vendredi entre l'opposition et le maire socialiste de la ville. Olivier Bianchi s'est montré ferme, un peu agacé aussi : " la position de la ville sur l'armement est connue, affirmée par le maire en personne. Je ne retiens pas ceux qui veulent être armés. Il y a suffisamment de villes avec la police armée pour qu'ils aillent postuler!

L'opposition réclame un référendum local sur l'armement

Olivier Bianchi n'a pas souhaité commenter la situation "dans l'immédiat". Du côté de l'opposition municipale, le groupe des élus "Avenir Républicain" a écrit au maire pour lui demander la mise en place d'un référendum local sur l'armement de la police municipale.

Par ailleurs, aucun rendez-vous n'est fixé entre la mairie et la CFDT, syndicat majoritaire chez les agents municipaux. La situation pourrait s'enliser donc. La ville compte une cinquantaine de policiers municipaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess