Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pau : l'ARS autorise la préservation des paillettes de sperme et d'ovocytes

-
Par , France Bleu Béarn

Le laboratoire Biopyrénées vient d'obtenir l'autorisation de l'ARS pour conserver les paillettes de sperme ou d'ovocyte de patients malades. S'ils deviennent infertiles après une opération chirurgicale, les patients pourront bénéficier d'une PMA. Avant, ils devaient aller à Bordeaux où Toulouse.

Il est désormais possible de faire les démarches pour la préservation des paillettes à Pau.
Il est désormais possible de faire les démarches pour la préservation des paillettes à Pau. © Radio France - Maud Calvès

Le laboratoire Biopyrénées, place de Verdun à Pau, vient d'avoir l'autorisation de conserver les paillettes de sperme ou d'ovocytes des patients malades. Une autorisation qui s'adresse aux patient(e)s qui doivent subir une chirurgie "mutilante" pouvant les rendre infertiles. Ils pourront ensuite bénéficier d'un processus de Procréation Médicalement Assistée (PMA). Une autorisation qui simplifie les démarches puisque avant, les patients devaient aller à Bordeaux où Toulouse pour une grande partie de la procédure.

Facile de se décourager 

"Quand on vous annonce que vous avez un cancer, vous n'avez pas forcément le réflexe de penser à avoir des enfants. Vous pensez déjà à sauver votre peau. Et quand on expliquait le parcours du combattant , c'est-à-dire aller à Bordeaux où Toulouse, au CHU pour aller voir un psychologue, puis revenir pour monter un dossier... beaucoup de patients sont passés à travers les mailles du filet et sont revenus guéris de leurs cancers mais n'avaient plus la possibilité d'avoir des enfants" regrette le Dr Steven Cens, directeur du centre AMP de Pau et à l'origine de la demande d'autorisation auprès de l'ARS. Il est donc désormais possible de prendre ses rendez-vous psychologiques et de conserver ses paillettes au laboratoire, place Verdun à Pau. La procréation médicalement assistée est en revanche possible à la polyclinique de Navarre depuis plusieurs années.

Faut pas hésiter c'est quand même important, même si vous n'êtes pas sûrs de vouloir des enfants c'est une précaution de prise et ça permet d'avoir l'esprit plus tranquille"    
— Mathieu*, le premier patient a avoir pu bénéficier du dispositif

Mathieu a été le premier patient a bénéficié du dispositif

Quand le cancer des testicules de Mathieu a été détecté, il a fallu faire l'opération chirurgicale très rapidement. À 27 ans, il ne voulait pas prendre le risque de ne jamais être père et a eu la surprise de bénéficier du dispositif le premier. Bien que la démarche ne soit pas agréable, il salue la discrétion des équipes. "Le docteur vous met dans une salle, un protocole est affiché au mur et vous repartez sans croiser personne."

Pas de banque de sperme à Pau

S'il est désormais possible de faire toutes les démarches de conservation de paillettes à Pau, il n'y a en revanche pas la possibilité de faire de dons de sperme. L'ARS autorise seulement les établissements publics à le faire.  "C'est un tout. Il faut une expérience de la structure qu'on ne pourra pas avoir sur des petites unités. On ne peut pas avoir des tas de structures avec des petites activités. pour le coup il vaut mieux avoir des grosses structures avec plus d'activités dans ce cadre-là" explique le Docteur Evelyne Milor, référente médicale pour AMP en Nouvelle-Aquitaine pour l'ARS

* le prénom a été changé

Choix de la station

France Bleu