Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Poitiers : gare à la pêche à l'aimant !

-
Par , France Bleu Poitou

C'est une pratique qui se répand, dans le Poitou notamment. La pêche à l'aimant dans les cours d'eau. La police nationale de la Vienne lance à ce sujet une mise en garde car certains "pêcheurs" remontent des munitions de la seconde guerre mondiale parfois encore actives.

Une grenade découverte dans l'eau par un de ces pêcheurs à l'aimant
Une grenade découverte dans l'eau par un de ces pêcheurs à l'aimant - Police Nationale de la Vienne

Poitiers

La pêche à l'aimant, c'est la version aquatique du détecteur de métaux que certains promènent sur les plages. Et cette pratique a tendance à se développer. Le principe est simple : vous attachez un gros aimant au bout d'une corde et vous remontez tout ce qui est métallique. Et la pêche peut s'avérer "explosive" !  Dans le département de la Vienne depuis le début de l'année, onze obus anti-aériens, deux obus d’artillerie, deux explosifs, une grenade, tous encore actifs ont été repêchés dans la Boivre, le Clain ou la Vienne.

Remettre les munitions et obus dans l'eau

Valentin est l'un de ces pécheurs amateurs. Il a découvert les onze obus anti-aériens. Dans ce genre de situation explique la police nationale de la Vienne sur son site Facebook, il faut remettre l'explosif dans l'eau et après composer le 17.  Les services de déminage de la Rochelle interviennent trois fois par mois sur le Poitou Charentes notamment pour récupérer ces explosifs qui datent le plus souvent de la seconde guerre mondiale et s'ils sont sortis de l'eau, ils sont obligés d'intervenir en urgence. 

Une pêche qui n'est pas un jeu 

Ils sont intervenus fin mai à Poitiers. Et parfois ceux qui les appellent n'ont pas nécessairement bien conscience du danger. Ainsi un mineur a découvert un explosif à l'aide de son aimant. Aimant que ses parents lui avaient acheté comme cadeau. Il faut savoir tout de même que la plupart de ces pécheurs à l'aimant le font par engagement citoyen. "C'est pour dépolluer les rivières", explique Valentin étudiant à Poitiers. Il lui arrive donc régulièrement de remonter des morceaux de voiture, des caddies ou autre objets métalliques qu'il va céder contre quelques pièces à un ferrailleur. Derrière cette pêche particulière il y a aussi l'espoir de découvrir des objets de valeur. Valentin n'a pas eu cette chance. Notez toutefois que ce passe-temps pourrait bien être un jour interdit. Un texte de loi en ce sens est en préparation.