Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Poitiers : la boîte de nuit est-elle responsable de la mort de leur fils ?

mardi 29 mars 2016 à 5:30 Par Charlotte Coutard, France Bleu Poitou et France Bleu

Les parents d'un jeune homme de 24 ans viennent de porter plainte contre X, et lancent une pétition en ligne pour demander la fermeture de la boîte de nuit la Grand'Goule à Poitiers. Ils estiment que l'établissement est responsable de la mort de leur fils.

Image d'illustration
Image d'illustration © Radio France - Maxppp

Poitiers, France

Pour les parents de Julien, sa mort aurait pu être évitée. Le jeune homme de 24 ans originaire des Deux-Sèvres est décédé à Poitiers fin janvier. ll était ivre, et il est tombé d'une falaise d'une vingtaine de mètres.

La boîte de nuit responsable ?

Julien, footballeur à Saint-Gelais, passait la soirée avec un groupe de copains à la Grand'Goule, une boîte de nuit bien connue de Poitiers. Il avait bu, et il s'est endormi sur une des banquette de la discothèque. Selon les parents de Julien, l'un des videurs l'aurait alors mis dehors, en t-shirt, sans prévenir ses amis. Le jeune homme se serait perdu, il aurait erré avant de tomber d'une falaise. Les parents ont donc lancé une pétition en ligne pour demander la fermeture de la Grand'Goule, et ils ont porté plainte contre X.

Dans cette pétition, les parents racontent leur version : "En discothèque à la Grand'Goule, avec des amis, Julien s'est endormi sur une banquette de l'établissement après y avoir consommé de l'alcool. Un videur du club l'a alors expulsé, sans lui permettre de récupérer son blouson, et sans lui demander si des amis pouvaient le raccompagner. Julien s'est alors retrouvé dehors en tee-shirt, alcoolisé, et désorienté à errer dans les rues pour retrouver le domicile du copain chez qui il devait dormir".

"De tels agissements sont inacceptables et ne doivent pas se reproduire", (extrait de la pétition en ligne).

Quelques temps après, le videur croise ses amis et leur apprend qu'il a mis leur copain (Julien) dehors pour une question d'image liée à l'établissement. Les copains partent à sa recherche et parviennent à le joindre sur son téléphone portable. Julien répond qu'il est perdu et que la batterie de son portable est faible. Julien a donc erré, seul, alcoolisé et désorienté avant de chuter d'une falaise de 20m, il est décédé sur le coup. De tels agissements sont inacceptables et ne doivent pas se reproduire, aussi nous vous invitons à signer la pétition en ligne pour demander la fermeture de cette discothèque que nous jugeons responsable de la disparition de Julien".

Quelle responsabilité pour les amis ?

Patrick Malvaës est avocat et président du syndicat national des discothèques et lieux de loisirs. Il ne connaît pas l'affaire en question, mais selon lui, les amis du jeune homme ont leur part de responsabilité.

"Je serais beaucoup plus mal à l'aise si j'étais un de ses proches et que je ne l'avais pas assisté".

"On a une responsabilité générale d'assistance à notre clientèle, et d'assistance à personne en danger si elle est mise en danger. Si c'est quelqu'un qui est accompagné avec des amis, des parents, un groupe, ce n'est sûrement pas la responsabilité de l'exploitant qui doit rentrer en ligne de compte, c'est quand même les proches avec qui il est. Quand vous avez une dynamique de groupe et que vous sortez à plusieurs, ça annule la responsabilité de l'exploitant. Ce sont les proches qui sont autour de lui qui doivent veiller sur lui, et un exploitant en peut pas suivre chacun individuellement bien entendu. Moi je serais beaucoup plus mal à l'aise s'y j'étais un proche de la personne en question. Je serais beaucoup plus mal à l'aise que l'exploitant, si j'étais un de ses proches, et que je ne l'avais pas assisté".

Patrick Malvaës, président du syndicat national des discothèques.

Image d'illustration - Maxppp
Image d'illustration © Maxppp - Maxppp