Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Poitiers : le surveillant qui envoyait des messages sexuels à des adolescentes condamné à du sursis

-
Par , France Bleu Poitou
Poitiers, France

Un ancien surveillant d'internat condamné à six mois de prison avec sursis, jeudi 28 décembre, au tribunal de Poitiers. Il était poursuivi pour corruption de mineur. Il envoyait des messages via Facebook à cinq résidentes de l'internat, âgées de 15 ans à 15 ans et demi.

Poitiers : le surveillant qui envoyait des messages sexuels à deux adolescentes condamné à du sursis
Poitiers : le surveillant qui envoyait des messages sexuels à deux adolescentes condamné à du sursis © Radio France

L'affaire a été révélée par le directeur de la Maison Familiale et Rurale Val de la Source à Bonneuil-Matours, où les faits se sont produits. Entre décembre 2016 et février 2017, alors qu'il était en arrêt maladie ou en vacances, le trentenaire a envoyé à répétition des messages à cinq adolescentes. Jeudi 28 décembre, il a finalement été reconnu coupable de corruption de mineur pour deux d'entre elles. Pour les trois autres, il s'agissait plutôt de harcèlement - motif pour lequel il n'était pas poursuivi.

Des propositions sexuelles très crues

Avec ces deux filles, les messages envoyés sur Facebook étaient les plus crus. Tellement que la présidente du tribunal n'a pas voulu tous les lire. Ça commence par un "t'es toujours avec ton copain ?", et puis ça va crescendo : "T'as couché avec lui ? t'aimes quoi ? t'aimes sucer ? Moi, je fais tout, pas de tabou". Le surveillant en surnomme une autre "Madame je matte les culs". Lui propose de coucher avec lui, sans ne rien dire à personne. 

Devant le tribunal de Poitiers, il présente ses excuses : "Ce que j'ai fait est impardonnable. Si je pouvais remonter le temps, je jetterais mon portable par la fenêtre". Il explique qu'il buvait à cette époque, il venait de rompre avec sa compagne, il cherchait à s'exciter, mais ne voulait pas vraiment avoir de relation avec les adolescentes. Ce qui lui plaisait, c'était qu'elles rentrent dans son jeu.

Des adolescentes choquées

Mais "vous êtes l'adulte et vous êtes le surveillant. Vous vous rendez compte de ça ?" rétorque la présidente du tribunal. Et puis pourquoi leur demander systématiquement d'effacer les messages, si vous n'aviez pas conscience de ce que vous faisiez ?, s'interroge-t-elle. L'une des deux filles, choquée, s'est scarifiée avant d'être entendue par la police. Aujourd'hui, malgré le renvoi du surveillant de la Maison Familiale et Rurale, elles ne dorment plus à l'internat.

L'homme est condamné à six mois de prison avec sursis. Il a l'interdiction de contacter les cinq adolescentes, même celles pour lesquelles il n'a pas été reconnu coupable de corruption de mineur. Il a l'interdiction de travailler au contact des enfants. Le trentaine est aussi inscrit au fichier des délinquants sexuels.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess