Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Poitiers, plus de 1500 personnes assistent aux obsèques de Chloé Boissinot, victime des attentats de Paris

-
Par , France Bleu Poitou
Poitiers, France

Plus de 1500 personnes ont assisté aux obsèques de Chloé Boissinot ce mardi 24 novembre 2015 à la cathédrale de Poitiers. Chloé Boissinot, c'est cette jeune femme de 25 ans, originaire de Château-Larcher dans la Vienne et victime des attentats de Paris du 13 novembre dernier. Emotion et dignité.

Obsèques de Chloé Boissinot : premiers bouquets au pied de l'autel
Obsèques de Chloé Boissinot : premiers bouquets au pied de l'autel © Radio France - Isabelle Rivière

400 chaises en plus des 750 habituelles n'ont pas suffi : A la cathédrale de Poitiers ce mardi 24 novembre 2015, certains sont restés debout pendant toute la cérémonie mais qu'importe ! Tous voulaient être là -famille, amis, voisins, collègues, anciens collègues et camarades de classe- pour rendre un dernier hommage à Chloé Boissinot. Cette jeune femme de 25 ans, originaire de Château-Larcher dans la Vienne, a été tuée sur la terrasse du restaurant le Petit Cambodge lors des attentats de Paris le 13 novembre dernier. 

Une cérémonie en jaune et noir

Plus de 1500 personnes pour assister à la cérémonie. Une cérémonie pleine de dignité. En jaune et noir. Le noir pour le deuil. Le jaune pour Chloé, pour la vie.

"Le jaune, c'était sa couleur préférée" avait écrit sa mère Babette sur sa page facebook.

Alors malgré la peine, malgré le ciel qui pleure dehors, malgré le froid glacial dans la nef, on arbore des foulards, des jupes et des parapluies jaunes... Des rubans et des petites fleurs. 

Obsèques de Chloé Boissinot : Cérémonie en jaune et noir
Obsèques de Chloé Boissinot : Cérémonie en jaune et noir © Radio France - Isabelle Rivière

Une rose à la main pour certains, des bouquets pour d'autres. Des dizaines et des dizaines de fleurs au pied de l'autel. Plus d'une centaine de bouquets. Un parterre de couleurs. 

Obsèques de Chloé Boissinot : plus d'une centaine de bouquets au pied de l'autel
Obsèques de Chloé Boissinot : plus d'une centaine de bouquets au pied de l'autel © Radio France - Isabelle Rivière

A l'entrée de la cathédrale : une grande photo de Chloé, tout sourire,  qui esquisse un geste de la main. Un salut. Un adieu.

A l'entrée de la cathédrale de Poitiers, la photo de Chloé Boissinot
A l'entrée de la cathédrale de Poitiers, la photo de Chloé Boissinot © Radio France - Isabelle Rivière

14 heures très précisément :  le cercueil entre dans la cathédrale sur une musique profane, 

"C'est la dernière musique que Chloé a écouté avec l'un de ses frères", précise le prêtre au cours de la cérémonie.

Le cercueil de bois très clair est porté par les hommes de la famille, suivi par les 5 prêtres dont un missionnaire, grand oncle de Chloé. Derrière eux, on est saisi par la ressemblance de Julie, soeur jumelle de Chloé. Elle est aux côtés de sa mère Babette, de sa soeur jenny, revenue de Nouvelle-Zélande, mais aussi la grand-mère et les autres membres de la famille.

On dispose le cercueil au pied de l'autel, on l'habille, on y place un portrait de Chloé, une couronne de roses blanches et jaunes et des bougies aussi. Plein de bougies.

Paix, vie, et résistance, mots-clés de l'homélie

Puis la cérémonie commence : 

"Le temps du cri est légitime" concède le prêtre, "mais quel cri ?"  demande -t-il alors avant de citer Antoine Leiris, le mari d'Hélène, une autre victime des attentats. 

Sur sa page facebook, Antoine Leiris, ancien journaliste de Radio France a écrit aux terroristes pour leur dire : Vous n'aurez pas ma haine ! 

Pendant la cérémonie, on n'oublie pas les autres victimes des attentats bien sûr. Mais les mots qui reviennent le plus souvent sont "la vie", "la paix", "la résistance" au "fanatisme mortifère".

D'ailleurs, le texte lu par l'un des membres de la famille est un texte signé de tous les imams de la région lyonnaise. Un message lu vendredi dernier dans diverses mosquées de l'Hexagone, comme il y en a eu aussi à Poitiers, et qui appelle les musulmans de France à réaffirmer les valeurs de la Républiques, les valeurs du vivre-ensemble, et à dire non au terrorisme. 

Les mots justes et touchants de ses frères et soeurs 

L'autre moment fort de la cérémonie, c'est quand ses frères et soeurs s'adressent à Chloé. De *p__*etites voix dans le silence de la cathédrale qui racontent Chloé Boissinot : 

"Une jeune femme de 25 ans espiègle, souriante, bonne vivante. Qui joue aux chevaliers avec ses neveux et qui "leur cuisine des pâtés de tête et des oreilles de cochon", parce que "ce qui est bon surtout dans le cochon, c'est le gras" comme elle disait. 

La petite phrase fait mouche dans l'assemblée, sourires sous les yeux rougis

Chloé Boissinot, "toujours la première partante quand il s'agit de boire un dernier verre; jamais la dernière quand il s'agit de changer les couches ou de mettre les mains dans la bétonnière" raconte son frère.

Les souvenirs s'enchaînent : *Nico son amoureux "secret" du lycée du Bois d'amour _à Poitiers devenu depuis 8 ans son amoureux tout cour_*t. Lui-même blessé à la terrasse du Petit cambodge le soir du 13 novembre.

Parfois, les voix s'éraillent. Une main réconfortante dans le dos. Chacun tient le coup.  

"Chloé, ma chérie", lui dit sa grande soeur, "je te vois souriante à la terrasse d'un café, dans ton manteau jaune, avec tes boots et une robe légèrement trop courte, entourée de ta grande écharpe assorti à tes joues rouges."

Des mots justes, des mots touchants qui redonnent chair à Chloé Boissinot, l'une des 130 victimes des attentats de Paris, même après sa mort. 

A la cathédrale de Poitiers, il a fallu 8 tables pour disposer les registres de condoléances. Une heure pour recueillir toutes les fleurs disposées au pied de l'autel.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess