Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Poitiers : un tyran domestique envoyé en prison

lundi 7 janvier 2019 à 17:42 Par Baudouin Calenge, France Bleu Poitou

A Poitiers, un père de famille a été condamné à huit mois de prison dont deux ferme. Ce quinquagénaire irascible a été interpellé difficilement samedi soir à Saint-Macoux après avoir frappé sa fille de 13 ans et son épouse. Des faits pour lesquels il n'a exprimé aucun regret.

Une affaire de violence conjugale, premier dossier jugé en correctionnel à Poitiers pour 2019
Une affaire de violence conjugale, premier dossier jugé en correctionnel à Poitiers pour 2019 © Radio France - baudouin calenge

Poitiers, France

Lors de son procès lundi après-midi, cet homme qui a aussi de gros problèmes avec l'alcool, n'a quasiment pas reconnu ses torts. Un comportement "consternant" pour le procureur car cet homme-là a une conception toute personnelle de l'éducation. "Baffer sa femme", c'est normal pour lui car ce soir-là, elle a voulu protéger sa fille. Donner deux claques à sa fille justement, "elle n'en mourra pas", dit-il droit dans ses bottes à la présidente. Que cette ado doive lui présenter ses excuses à genoux, c'est pour l'humilier !

Il brûle les affaires de sa fille 

Voilà le personnage avec des principes d'un autre âge qui, samedi soir, alors qu'il était ivre, s'en est donc pris violemment à sa fille parce "qu'elle me chauffait depuis quelques temps", dit il en guise d'explication à la présidente. Une violence qu'il a aussi concrétisée en brûlant ce soir-là dans la cour de leur maison les cours et affaires personnelles de sa fille.

Mandat de dépôt à l'audience

A l'audience, aucun regret spontané. D’où cette question posée par la présidente à l'épouse du prévenu : "S'il rentre ce soir à la maison, qu'est ce qui peut se passer ?" La réponse est édifiante :  "Je me mettrai entre lui et ma fille comme d'habitude". Ce "comme d'habitude" est lourd de sens, ce qui explique la réquisition du procureur. Il réclame une peine mixte avec de la prison ferme et un mandat de dépôt. Demande entendue par les magistrats qui assortissent cette peine d'une obligation de soigner son alcoolisme.