Faits divers – Justice

Polémique après l'euthanasie d'un bébé girafe en bonne santé au Danemark

France Bleu lundi 10 février 2014 à 15:17

Le petit Marius, le 7 février, avant son euthanasie
Le petit Marius, le 7 février, avant son euthanasie © MaxPPP

Marius est mort dimanche. L'un des girafons du zoo de Copenhague a été euthanasié par les vétérinaires du zoo, alors qu'il était en bonne santé. Une décision prise malgré des pétitions sur internet et des propositions d'autres zoos. L'animal a ensuite été dépecé en public. Au Danemark, les internautes se sont montrés plus choqués par la vague d'indignation que par la mort de l'animal.

"Il a été abattu à 9h20. Cela s'est passé comme prévu ", explique le porte-parole du zoo de Copenhague, Stenbaek Bro. Dimanche, Marius, un girafon d'un an et demi, a été euthanasié. Problème : ce bébé girafe n'avait aucun problème de santé. Le zoo a mis fin à ses jours à cause de son patrimoine générique, "trop peu original ", qui ne lui aurait pas permis de se reproduire sans risque de consanguinité.

Selon le zoo, cette euthanasie a été réalisée pour suivre les directives de l'Association européenne des zoos et aquariums (EAZA), le véritable propriétaire de l'animal, qui mène actuellement un programme contre la consanguinité entre girafes. La castration, selon le zoo, aurait eu "des effets indésirables ". Après sa mort, le girafon a été autopsié et dépecé en public, devant les yeux des enfants et des caméras.

Nous avons choisi de ne pas vous montrer les images de l'autopsie de l'animal, qui peuvent choquer les personnes sensibles.

Pétitions, offres d'achat et menaces de mort**

La mort du petit animal a suscité la polémique, bien au-delà du seul Danemark. "C'est toujours le droit des gens de protester, mais bien sûr, nous avons été étonnés ", selon Stenbaek Bro. Une pétition en anglais recueillait quelque 24.000 signatures dimanche soir. Et certains membres du personnel du zoo, dont le directeur scientifique, ont reçu des menaces de mort par téléphone.

Le zoo a opposé une fin de non-recevoir à plusieurs offres de rachat ou de reprise. Un particulier aurait transmis au zoo une offre d'achat à 270.000 euros. Un parc animalier anglais, membre comme le zoo de Copenhague de l'EAZA, aurait lui aussi proposé d'héberger Marius. Une offre qui serait restée vaine, assure le zoo anglais.

Les internautes danois agacés par la polémique

Si l'euthanasie du girafon a choqué dans le monde entier, ce qui semble agacer les Danois, notamment sur les réseaux sociaux, c'est la vague d'indignation suscitée par cette affaire. "Le sentiment général ici est qu'il est normal d'avoir et de tuer des animaux tant qu'on les traite bien ", a expliqué à l'Agence France Presse un professeur de bioéthique, Peter Sandoe.

Conséquence de cette particularité culturelle du Danemark : les internautes danois ont été choqués par les réactions partout dans le monde :

"Marius a eu un bon endroit pour vivre au zoo pendant un an et demi. Il a vécu, et maintenant les lions sont heureux aussi et rassasiés". — Mikkel Dahlqvist, consultant, sur Twitter

Partager sur :