Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Polémique. Dans le centre de Granville, les rails de la voie ferrée sont enlevés pour créer une voie douce

-
Par , France Bleu Cotentin

A Granville, les rails de l'ancienne voie ferrée maritime, qui passe dans le centre, ont commencé à être retirés cette semaine, rue du Boscq. La municipalité veut créer là une voie douce pour relier la gare au centre-ville pour les piétons et les cyclistes. Plusieurs associations s'y opposent.

L'ancienne voie ferrée maritime de Granville, c'est un tronçon d'1.6km qui part de la gare, traverse le Val-ès-Fleurs, le centre-ville puis rejoint le port.
L'ancienne voie ferrée maritime de Granville, c'est un tronçon d'1.6km qui part de la gare, traverse le Val-ès-Fleurs, le centre-ville puis rejoint le port. - Jean-François Seguin

Les engins de chantier sont entrés en action cette semaine, rue du Boscq, c'est à dire dans le prolongement du cours Jonville, dans le centre de Granville. Les rails vont être relevés sur plus de 700 mètres dans le Val ès Fleurs. La municipalité veut créer là une voie douce pour relier la gare au centre-ville et pour cela, elle a fait choix d'enlever ces rails menant au port, qui ne sont plus utilisés depuis 1975.

"Une aberration",  clament l'association de promotion des ports de Granville, les Amis de l'Anse de Hérel et le Collectif de défense de la ligne Paris-Granville. Ils ont lancé une pétition pour demander le maintien de ces rails et ont réuni près de 1200 signatures

A une époque où on parle d'environnement et d'écologie, c'est dommage de se passer d'une voie reliée au réseau national. A moyen terme, on pourrait la réactiver, ça éviterait le tout routier. Et ça permettrait par exemple d'évacuer les boues du port qui, demain, ne pourront plus être rejetées en mer. Il  y aura une noria de camions dans le centre. Si c'est ça l'écologie granvillaise, je n'y comprends rien, lance Daniel Mouton, du collectif citoyen des défense des lignes Paris-Granville, Caen-Tours et Caen-Rennes.

Rue du Boscq, les travaux pour enlever les rails ont commencé.
Rue du Boscq, les travaux pour enlever les rails ont commencé. - Jean-Francois Seguin

Sécuriser l'accès des cyclistes

Pour la municipalité granvillaise, le démontage des rails est, pourtant,  indispensable à la création de cette voie douce, explique  Marc Hameau, adjoint au maire de Granville, en charge de la transition écologique et à l’aménagement urbain :

Ce qu'on défend, c'est la sécurisation, notamment pour les vélos avec le côté accidentogène des rails. Plus globalement, je suis favorable au développement du fret dans les ports où c'est adapté. A Granville, ça parait complexe, avec peu d'espaces de stockage. Et le fait de faire passer un train en plein coeur de ville est aussi un problème. Donc ce n'est pas une priorité qu'on a gardé, sans forcément obérer l'avenir car remettre des rails est toujours possible.

En tout, plus de 700 mètres de rails vont être enlevés d'ici début juillet. Les travaux de création de la voie douce reprendront ensuite en septembre pour s'achever au printemps 2022.  C'est un chantier de 2.4 millions d'euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess