Faits divers – Justice

"La tension autour de la menace terroriste n'a jamais été aussi forte", Frédéric Paillard du syndicat Police Alliance

Par Rebecca Gil, France Bleu Belfort-Montbéliard vendredi 21 avril 2017 à 10:49 Mis à jour le vendredi 21 avril 2017 à 10:51

Un policier a été tué dans l'attaque, deux autres agents sont blessés
Un policier a été tué dans l'attaque, deux autres agents sont blessés © Maxppp -

Après l'attaque qui a causé la mort d'un policier aux Champs-Élysées à Paris ce jeudi soir, Frédéric Paillard, secrétaire régional du syndicat Police Alliance en Bourgogne Franche-Comté évoque une menace terroriste grandissante à laquelle les forces de police doivent faire face.

L'attentat revendiqué par l'Etat Islamique, qui a visé un car de police aux Champs-Élysées à Paris ce jeudi soir fait réagir chez les policiers : "On craignait ce genre de fait malheureux, la situation en matière de risques terroristes n'a jamais été aussi tendue, explique Frédéric Paillard, le secrétaire régional du syndicat Police Alliance en Bourgogne Franche-Comté. C'est quelque chose auquel on s'attendait, mais cela arrive de manière soudaine. On a un peu la sensation d'être désarmé face à ce phénomène".

"Nos missions ont changé à cause du risque terroriste. Cela devient compliqué de veiller à la sécurité des personnes et des biens"

— Frédéric Paillard, secrétaire régional du syndicat Police Alliance en Bourgogne Franche-Comté

D'après Frédéric Paillard, la situation s'est quelque peu améliorée en matière d'effectifs, la prévention du risque terroriste occupe du monde, mais les missions quotidiennes des policiers ont changé avec l'arrivée de la menace terroriste. "Assurer les missions basiques police secours n'est plus de notre ressort, alors cela devient compliqué de veiller à la sécurité des personnes et des biens au quotidien, notre profession souffre toujours des mêmes maux". En effet, depuis les attentats qui ont touché la France en 2015 et l'instauration de l'état d'urgence, les forces de police souffrent d'un épuisement chronique, ils ne peuvent parfois plus prendre leurs jours de repos et enchaînent des semaines chargées. "Il faut réorganiser le travail des policiers", d'après Frédéric Paillard.

Les policiers attendent des politiques des actes pour concrétiser leurs paroles

L'attaque, qui s'est produite durant l'émission politique de France 2, n'a pas manqué de faire réagir les candidats, qui se sont empressés tour à tour d'apporter leur soutien aux forces de l'ordre, mais cela ne convainc pas le secrétaire régional du syndicat Police Alliance en Bourgogne Franche-Comé : "Quand on demande des moyens de protection, des cycles de travail qui respectent la vie privée des fonctionnaires, du matériel pour être protéger et pouvoir protéger correctement la population, on a l'impression de ne pas être entendu. Les candidats nous soutiennent mais on verra comment cela se traduit dans les actes".

La sécurité renforcée dans les bureaux de vote

À trois jours du premier tour, cet attentat aura probablement des conséquences sur la présidentielle. La sécurité est renforcée dans les bureaux de vote : dans le Territoire de Belfort par exemple, la Préfecture annonce que les forces de l'ordre et les militaires du dispositif Sentinelle y seront déployés en nombre à proximité. En attendant, un hommage national sera rendu au policier tué dans l'attaque.

L'invité de 7h45 — Frédéric Paillard, secrétaire régional du syndicat Police Alliance en Bourgogne Franche-Comté