Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Police scientifique : les expertes d’Auxerre

lundi 27 août 2018 à 0:32 Par Thierry Boulant, France Bleu Auxerre

La police technique et scientifique est devenue presque indispensable à l'aboutissement d'une enquête. Dans l’Yonne, la police nationale s'appuie sur six «expertes ».

Nathalie Carry, responsable adjointe de la Police technique et scientifique au commissariat d'Auxerre effectue un relevé de traces papillaires (empreintes de doigts..)
Nathalie Carry, responsable adjointe de la Police technique et scientifique au commissariat d'Auxerre effectue un relevé de traces papillaires (empreintes de doigts..) © Radio France - Thierry Boulant

Auxerre, France

Non, la Police Technique et scientifique (PTS) n'est pas uniquement dédiée aux affaires les plus spectaculaires de braquage et d'homicide. Dans l’Yonne, elle intervient même majoritairement  sur des affaires de délinquance de masse. La PTS est par exemple entrée en action dans six cambriolages sur dix depuis le début de l'année et sur huit voitures volées retrouvées sur dix, pour tenter d'identifier les malfaiteurs. 

Un travail décisif pour l'enquête

Ce  travail est souvent décisif dans l'aboutissement de l'enquête: « On fait intervenir la police technique et scientifique » explique le commandant Denis Rossew, chef de la sûreté urbaine à Auxerre « dans tout ce qui est cambriolage, vols de voitures, ou dégradations de véhicules, dés l’instant que des traces peuvent apparaître. On relève deux sortes de traces », poursuit le policier, «papillaires (les traces de mains) ou génétiques (traces ADN). Ça représente 60% du travail des enquêteurs. ».

Les agents spécialisés de la PTS (la police technique et scientifique) s'occupent aussi de la "signalisation" (les relevés d'empreintes digitales et photos des personnes en garde à vue). - Radio France
Les agents spécialisés de la PTS (la police technique et scientifique) s'occupent aussi de la "signalisation" (les relevés d'empreintes digitales et photos des personnes en garde à vue). © Radio France - Thierry Boulant

Les policiers qui interviennent en premier sur place jouent le rôle de sentinelle. Ils ont des notions de base et savent si oui ou non, il faut faire appel à la PTS.

Denis Rossew, chef de la sûreté urbaine à Auxerre sur l'importance de la PTS dans la lutte contre la délinquance de masse

Six expertes pour la police dans l'Yonne

Dans l’Yonne, la police compte six de ces agents, toutes des femmes. Quatre sont rattachées au commissariat d’Auxerre et deux au commissariat de Sens. Leur quotidien "d'expertes", n’est pas vraiment conforme à l’image spectaculaire que renvoie la télévision ou le cinéma."C’est un métier exigeant", explique Nathalie Carry, responsable adjointe de la Police technique et scientifique au commissariat d'Auxerre, "il y a des astreintes de sept jours. On peut alors tout à fait travailler le jour et être appelée plusieurs fois dans la nuit.» 

Fixer les lieux et relever les traces

Quelque soit l’heure à laquelle, un agent intervient, il doit à chaque fois faire preuve de la même rigueur dans la procédure. "Dés que nous sommes appelées sur une scène d’infraction", précise Nathalie, nous devons fixer les lieux, _c'est-à-dire prendre des photos_. Puis faire notre charge de traces, tout en interrogeant la victime sur ce qui a pu être bougé ou non. Ça peut prendre parfois quatre ou cinq heures. »

Le portrait d'une "experte" (Nathalie Carry)

Ces éléments recueillis permettent  de situer un individu sur les lieux d’un cambriolage. Ou le suspect est déjà fiché et il sera interpellé ou il ne l’est pas et la trace sera enregistrée dans le fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) ou des empreintes digitales (FAED).

Les "expertes" de la police d'Auxerre sont entrées en action dans 6 cambriolages sur 10 depuis le début de l'année 2018 - Radio France
Les "expertes" de la police d'Auxerre sont entrées en action dans 6 cambriolages sur 10 depuis le début de l'année 2018 © Radio France - Thierry Boulant

Ce travail de la police scientifique permet souvent de confondre l’auteur d’une infraction. C’est la principale source de motivation pour Nathalie Carry qui fait ce métier depuis huit ans : « participer à ma petite échelle et pouvoir avec les enquêteurs résoudre quelque chose. C’est mon moteur. »