Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Policier blessé à Rive-de-Gier : le maire dénonce les propos scandaleux du Rassemblement national

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Quatre jours après l'agression d'un policier dans le quartier du Grand Pont à Rive-de-Gier, dans la Loire, le maire de la commune Vincent Bony dénonce une récupération du Rassemblement national. Dans une vidéo, la candidate aux Régionales parle du quartier comme d'une "zone de non-droit."

Le policier gravement blessé à la tête lors d'une intervention dans le quartier du Grand Pont à Rive-de-Gier va mieux. Quatre jours après les faits, il est sorti du service de réanimation du CHU de Saint-Étienne. "Il a plutôt un bon moral, c'est quelqu'un de combatif qui va pouvoir retrouver, on lui souhaite, toute ses capacités d'intervention", explique ce matin Vincent Bony, maire divers gauche de Rive-de-Gier, invité de France Bleu Saint-Étienne Loire. "Nous avons besoin d'effectifs de police nationale dans notre commune, comme dans l'ensemble de la circonscription de la vallée du Gier."

Pour le moment, les suspects de l'agression n'ont pas été interpellés. "On aimerait que ces personnes se dénoncent elles-mêmes, qu'elles reconnaissent cette faute grave et inacceptable", confie l'élu, qui a aussi tenu à réagir à la polémique déclenchée par le Rassemblement national. Dans une vidéo, la candidate du parti d’extrême-droite et conseillère municipale de Saint-Chamond Isabelle Surply évoque cette agression et parle du quartier du Grand Pont comme d'une "zone de non-droit" et un territoire où "règne le communautarisme islamiste."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des propos "totalement scandaleux" selon le maire

"C'est une personne qui est totalement étrangère à notre commune et qui fait du mal à Rive-de-Gier et à ses habitants", enchaîne Vincent Bony. "Ça défigure notre ville et la commune récuse totalement ces propos, c'est inqualifiable de la part de ce parti qui se nourrit de la désespérance et des difficultés que notre société peut rencontrer sans jamais apporter la moindre solution. Ces propos sont totalement scandaleux et étrangers à la réalité de notre quartier et de notre commune."

Le maire de Rive-de-Gier se défend aussi d'un quelconque laxisme en matière de sécurité. "On n'échappe pas à la réalité nationale de ces villes qui sont en difficulté de ce point de vue. C'est pour ça que nous avons pris le problème à bras le corps et depuis longtemps. Nous réclamions un travail de prévention de la délinquance. Le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance s'est réuni en février sous la double présidence de Monsieur le procureur de la République et de Madame la préfète de la Loire.

Selon Vincent Bony, un médiateur a déjà été recruté et un second est en cours de recrutement. "Nous faisons un travail sur la prévention de la délinquance avec ces médiateurs, avec une équipe en direction de la jeunesse pour proposer des initiatives positives. On ne peut pas répondre que sur le terrain de la sécurité et la tranquillité publique, il faut aussi apporter une réponse sur les enjeux éducatifs, sociaux et d'avenir pour les plus jeunes."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess