Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Policier poitevin jugé devant la cour d'assises de Gironde : ses proches décrivent un homme "posé et honnête"

lundi 11 février 2019 à 16:43 Par Manon Vautier-Chollet et Fabien Randrianarisoa, France Bleu Poitou et France Bleu

Depuis ce lundi, un policier poitevin est jugé devant la cour d'assises de Gironde pour coups mortels aggravés. Pour ce premier jour de procès, des amis et anciens collègues de l'accusé ont décrit un homme "posé, aimable et honnête".

Le policier est jugé dès ce lundi à la cour d'assises de Gironde.
Le policier est jugé dès ce lundi à la cour d'assises de Gironde. © Radio France - Fabien Randrianarisoa

Bordeaux, France

Premier jour du procès du policier de Poitiers jugé pour coups mortels aggravés devant les assises de Gironde. Ce lundi matin, des amis et d'anciens collègues de l'accusé ont défilé à la barre pour décrire un homme "posé, aimable, entier et honnête". Un homme qui est devenu policier à 18 ans. 

Pour ce qui est du rappel des faits, la version des onze policiers présents au moment du drame est identique : une cour mal éclairée, un homme dont on ne sait pas si il est armé, et qui profère des menaces de mort aux forces de l'ordre toute la soirée. Dans la cour, seul deux policiers ont une arme au poing sur les quatre. Et seul le policier accusé a un gilet pare-balles lourd.

Seul le père de la victime est présent ce lundi du côté des parties civiles. La famille d'Olivier Massonaud n'a jamais cru à la légitime défense.