Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Policier tué au Mans : "L'uniforme ne protège plus", dénoncent les syndicats

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Après la mort d'un brigadier du Mans alors qu'il tentait d'interpeller un conducteur ce jeudi matin, les syndicats dénoncent des violences grandissantes contre les forces de l'ordre. Il s'agit le deuxième policier tué dans le cadre de ses fonctions cette année.

Le commissariat de police du Mans endeuillé après la mort d'un de ses brigadiers ce jeudi matin, lors d'une intervention
Le commissariat de police du Mans endeuillé après la mort d'un de ses brigadiers ce jeudi matin, lors d'une intervention © Radio France - Alexandre Chassignon

"L'uniforme ne protège plus". Après la mort d'un policier au Mans dans le cadre d'une intervention, ce jeudi 6 août peu avant 4 heures du matin, les syndicats policiers appellent le gouvernement à agir. 

Eric Monroy, brigadier de 43 ans et installé au Mans depuis deux ans, est le deuxième policier tué en mission cette année, après le décès d'un policier à côté de Lyon en janvier. Deux gendarmes ont aussi été tués dans l'exercice de leurs fonctions en 2020, dont une jeune gendarme de 25 ans dans le Lot-et-Garonne début juillet.

"Quand vous êtes policier, vous ne savez pas si vous allez rentrer le soir"

En 2019, environ 11.000 policiers et gendarmes ont été agressés en France dans l'exercice de leurs fonctions. Pour Benoît Barret, secrétaire national "province" Alliance Police, les violences contre les forces de l'ordre se multiplient : "Quand vous êtes policier, que vous dites au revoir à votre femme ou vos enfants, vous ne savez pas si vous allez rentrer le soir. Vous partez sur un différent familial, un vol à l'étalage ou toute autre infraction : vous pouvez mourir. Police secours, ce sont des collègues qui prennent chaque jour des insultes, des coups de la part de toutes ces personnes qui se contrefichent de l'autorité de l'Etat. Les _policiers absorbent tous les maux de la société_."

Les policiers absorbent tous les maux de la société - Benoît Barret du syndicat Alliance Police

"Quand je vois ces derniers mois une cabale, cette haine anti-flic, des personnes qui ont voulu faire croire que c'était le flic qui était le voyou : comment peut-on accepter ça, de traîner la police dans la boue ? Le flic, il sauve tout le monde, au péril de sa vie", conclut Benoît Barret.

Selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, en déplacement au Mans ce jeudi matin, il y a une intervention de police toutes les dix secondes en France.

Les syndicats demandent des peines "fermes et qui vont au bout" pour les récidivistes

Les syndicats appellent le gouvernement à agir : "Il y a un _malaise grandissant dans nos rangs_. Les forces de l'ordre en ont marre de mettre des délinquants dans les mains de la justice, il faut qu'elle fasse son travail, avec des peines fermes. Les policiers attendent des actes : sinon, il va y avoir de la colère qui va monter dans nos rangs et on ne pourra pas la maîtriser", avertit le secrétaire adjoint national d'Alliance, Olivier Hourcau.

Dans l'affaire de ce policier tué au Mans, le conducteur de 26 ans, en garde à vue pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner contre personne dépositaire de l'autorité publique, avait été condamné à deux reprises pour des refus d'obtempérer. On compte un refus d'obtempérer toutes les demi-heure en France, affirme le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Les caméras piétons, une piste pour protéger les forces de l'ordre en intervention

Afin de protéger les forces de l'ordre sur le terrain, le gouvernement annonce vouloir développer les caméras piétons pour toutes les brigades sur le terrain. Ces caméras peuvent être actionnées par les policiers et gendarmes en intervention. Cela vise à limiter les agressions de la part de personnes interpellées, mais aussi de filmer l'intégralité d'une interpellation.

Une vingtaine de caméras-piétons au Mans

Au Mans, une des villes à mener une expérimentation avec cet outil, une vingtaine de caméras sont affectées au commissariat. En principe, au moins un policier par patrouille doit en porter une pendant les interventions. Dans le cas du policier manceau tué ce jeudi matin, les syndicats n'étaient pas en mesure de dire si une caméra piéton était en possession de la patrouille.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess