Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Policière agressée à La Chapelle-sur-Erdre : l'agresseur, schizophrène, connu pour violences et radicalisé

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

L'homme qui a grièvement blessé une policière municipale de La Chapelle-sur-Erdre ce vendredi matin est mort. Il a succombé à ses blessures après des échanges de tirs avec les gendarmes. Âgé de 39 ans, il était fiché pour radicalisation et souffrait de schizophrénie selon le ministre de l'Intérieur.

L'agresseur présumé de la policière municipale de La Chapelle-sur-Erdre est mort.
L'agresseur présumé de la policière municipale de La Chapelle-sur-Erdre est mort. © AFP - LOIC VENANCE / AFP

L'homme qui a blessé à coups de couteau une policière municipale de La Chapelle-sur-Erdre, près de Nantes ce vendredi matin, était fiché "pour radicalisation" et suivi pour "schizophrénie sévère". C'est le ministre de l'Intérieur qui a livré ces informations lors de sa venue sur place, dans cette ville de 20.000 habitants, située dans l'agglomération nantaise. Interrogé sur le profil de l'agresseur, Gérald Darmanin a précisé qu'il était âgé de 39 ans et qu'il était récemment sorti de prison. 

Pratique rigoriste de l'islam

Cet habitant de La Chapelle-sur-Erdre est un Français né en France, selon le ministre. Il avait été signalé en 2016 pour radicalisation, "pour sa pratique rigoriste de l'Islam". Ecroué à plusieurs reprises, il n'a jamais été condamné "pour terrorisme mais pour des faits de droits communs avec une grande violence". Selon le service police/justice de Radio France qui cite une source de la gendarmerie, l'homme avait été écroué en mars 2013 pour vol à main armée en récidive et séquestration

Il avait tenté de s'évader une dizaine de jours plus tard, après avoir blessé des agents. L'homme avait alors de nouveau été condamné pour ces faits.

Obligation de soins

L'agresseur de la policière souffrait de troubles psychiatriques. Diagnostiqué schizophrène, il avait un traitement médical. A sa sortie de prison au mois de mars dernier, l'homme avait été placé dans un appartement suivi par une association spécialisée qui accompagne les patients. Le juge des libertés a désigné un médecin pour mettre en œuvre une injonction de soins. L'homme a été reçu par les conseillers pénitentiaires le 30 mars, le 30 avril et le 14 mai. "Il a été établi que cet individu collaborait parfaitement aux mesures judiciaires", a détaillé Pierre Sennès, le procureur de la République de Nantes ce vendredi soir.

L'ancien avocat de l'agresseur, Me Vincent de la Morandière, a expliqué à l'AFP "avoir vu une dégradation psychologique au fur et à mesure des incarcérations. A un moment donné, ça devenait difficile de discuter avec lui".

Le ministre de la Justice a précisé vendredi après-midi que l'auteur présumé "faisait l'objet d'un suivi socio-judiciaire qu'il a respecté. S'il y a eu des failles, elles apparaîtront dans l'enquête", a indiqué Eric Dupond-Moretti.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess