Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Policiers agressés : inquiétudes autour de la future police de sécurité du quotidien en Seine-Saint-Denis

-
Par , France Bleu Paris
Seine-Saint-Denis, France

255 policiers ont été blessés dans l'exercice de leurs fonctions en Seine-Saint-Denis en 2017, a annoncé ce mardi le préfet du département, au lendemain de l'agression d'un agent de la BAC à Aulnay-sous-Bois. Il promet "des moyens supplémentaires" pour la future police de sécurité du quotidien.

Une voiture de police à Bobigny (illustration)
Une voiture de police à Bobigny (illustration) © Radio France - Rémi Brancato

C'est un chiffre stable mais inquiétant pour le préfet de Seine-Saint-Denis qui l'a dévoilé, ce mardi, à l'occasion de ses vœux aux forces de sécurité: 255 policiers ont été blessés dans l'exercice de leurs fonctions dans le département, en 2017. Il s'exprimait au lendemain de l'agression d'un policier de la BAC, à Aulnay-sous-Bois, et après le lynchage d'une fonctionnaire de police à Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne le soir du réveillon de la Saint Sylvestre. Le préfet de Seine-Saint-Denis a aussi insisté sur la mise en place dans les prochaines semaines, "au premier trimestre" de la future police de sécurité du quotidien (PSQ), promise par le gouvernement.

Pierre-André Durand, préfet de Seine-Saint-Denis

"Des moyens supplémentaires" pour la police de sécurité du quotidien promet le préfet

"Il y aura des moyens supplémentaires" assure Pierre-André-Durand, rappelant qu'Emmanuel Macron a promis "10 000 créations de postes de policiers et de gendarmes d'ici 2022 et 1850 dès 2018". Reste que ces annonces nationales n'ont, pour le moment pas de déclinaison départementale.

Déshabiller Paul pour habiller Jacques"

Et les syndicats de policiers s'inquiètent. "On va forcément déshabiller Paul pour habiller Jacques" alerte Grégory Goupil du syndicat de police Alliance, qui assure que, pour le moment, aucun renfort autre que le remplacement des départs n'a été prévu pour 2018 : "on a des unités spécialisées, les brigades spécialisées de terrain (BST), les brigades spécialisées de quartiers (BST), les BAC, qui ont mis des mois à prendre possession des quartiers difficiles et la PSQ pourrait tout bouleverser". 

Nouvelle police de sécurité du quotidien : les policiers du 93 sont sceptiques

Des collègues agressés "quasiment tous les jours"

Même son de cloche pour Arnaud Leduc, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP police, qui craint de voir les effectifs se réduire sur le terrain, ce qui est souvent déjà le cas. Lundi soir, les policiers de la BAC agressés n'étaient que deux en patrouille, dans la cité des 3000. "Pour intervenir dans les cités, il faudrait être trois minimum, voire quatre pour être en toute sécurité" estime Arnaud Leduc, qui assure que des policiers sont "agressés quasiment tous les jours" dans le département. 

A Stains, samedi soir, des policiers ont notamment été pris à partie alors qu'ils intervenaient sur un incendie. "Des collègues viennent sauver trois enfants d'un incendie et ils sont caillassés à la sortie" déplore Arnaud Leduc.

Mardi après-midi, le syndicat Alliance appelait au rassemblement devant plusieurs commissariats. Unité SGP Police appelle à une manifestation mardi 9 janvier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess