Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Policiers municipaux agressés à Toulouse : un troisième homme arrêté... en plein milieu du tribunal

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Alors que deux hommes de 22 et 29 ans devaient être jugés en comparution immédiate, ce mardi, par le tribunal correctionnel de Toulouse pour avoir agressé des policiers municipaux samedi place Saint-Pierre, un troisième homme a été arrêté devant la salle d'audience. Le procès est reporté à fin mars.

Audience au tribunal de Toulouse
Audience au tribunal de Toulouse © Radio France - Clémence Fulleda

Deux hommes de 22 et 29 ans devaient être jugés ce mardi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Toulouse pour avoir violemment frappé des policiers municipaux, dans la nuit de samedi à dimanche place Saint-Pierre, dans la ville rose. L'un des policiers a eu 5 jours d'ITT et l'autre 3 jours d'ITT, et les deux ne reprendront pas le travail avant 15 jours.

La présidente du tribunal a commencé à examiner le dossier vers 19h30 mais dès 13h45, au moins une vingtaine de policiers (une quarantaine même selon certains agents) étaient présents pour soutenir leurs collègues. L'audience a finalement été reportée à fin mars non pas à la demande de la défense, mais, c'est beaucoup plus rare, à la demande du parquet. 

Un troisième suspect arrêté devant la salle d'audience

Le parquet a en effet eu connaissance d'une notification de garde-à-vue juste avant l'audience car un troisième agresseur présumé a été arrêté juste dans l'après-midi, dans le tribunal !  L'homme venait apparemment assister à l'audience. Alors bêtise ou sentiment d'impunité ? En tout cas, il a été reconnu et après un contrôle d'identité, il a été interpellé. On ne connaît pas encore les détails de son identité. Cette arrestation, France Bleu Occitanie ne l'a pas vue, mais elle nous a été confirmée par trois policiers municipaux et par l'avocat des deux policiers qui sont parties civiles, Me Olivier Bonhoure. Le procureur a donc insisté auprès du tribunal pour que l'audience soit reportée afin que cet homme soit jugé avec les deux autres plus tard : "On voit sur les images de vidéoprotection un troisième homme se déchaîner sur les policiers. Il n'y aurait pas de sens à juger ce dossier en deux temps alors qu'il y a violence en réunion". Requête à laquelle le tribunal a accédé, renvoyant donc l'audience à fin mars. 

Des victimes très affectées

Les deux policiers tabassés seront à nouveau entendus ce mercredi et sont très affectés. Ils ont chacun près de 20 ans de métier et l'un confie n'avoir jamais vécu un tel déferlement de violences. "On sait qu'on fait un métier à risques mais là, ils ont voulu nous tuer", lâche-t-il les larmes aux yeux. Au moins une vingtaine de policiers (une quarantaine même selon certains agents) étaient présents pour soutenir leurs collègues dès 13h45. Le directeur de la police municipale était également présent jusqu'au bout. Des représentants de Force Ouvrière et de l'UNSA étaient aussi présents. Ces deux syndicats ont écrit à la mairie de Toulouse. FO a demandé un renforcement des effectifs de patrouille, notamment le samedi soir et l'UNSA demande la mise en place d' une réunion urgente du Comité Hygiène et Sécurité des Conditions de Travail. La mairie de Toulouse qui avait de son côté déposé plainte, immédiatement après les faits, pour violences en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique.

Deux frères

Quant aux deux autres prévenus, on sait à présent que ce sont deux frères, qui ont déjà été condamnés pour des faits de violences. L'un reste en détention jusqu'à la prochaine audience. L'autre a été placé sous contrôle judiciaire et devra pointer deux fois par semaine au commissariat. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess